Comment les Tribunaux des affaires familiales réagissent-ils à ce phénomène

Dans un jugement exceptionnel, Erez Shani, juge du Tribunal des affaires familiales de Tel-Aviv, a ordonné de retirer la garde de deux enfants de la mère pour la confier au père, en raison d’aliénation parentale prolongée. Il s’agit de parents divorcés de deux enfants de neuf ans, sous la garde de leur mère, coupés de leur père, lorsque, depuis déjà plusieurs mois, le juge avait ordonné la nomination d’une thérapeute d’aliénation parentale. À l’époque, le contact entre le père et ses deux enfants avait été rompu pendant deux ans. Le juge écrivit dans sa décision qu’il fallait reconnaître les mineurs comme en état de besoin et les soustraire de la garde de la mère. Le juge a statué qu’une condition fondamentale pour un parent pour avoir la garde est sa capacité à maintenir le contact entre l’autre parent et les enfants, sauf dans le cas où il existe une justification claire de l’inexistence de la relation.

Une augmentation des cas d’aliénation parentale due à l’impact sur le montant de la pension alimentaire

La Cour a jugé que si une relation raisonnable n’était pas établie dans un délai raisonnable, un changement radical était nécessaire. Il a donc déclaré « qu’il n’y a pas d’autre solution que de mettre fin à la garde sur-le-champ des mineurs par la mère, même temporairement. » Le juge a ordonné aux services sociaux de veiller que la relation qui existera entre les mineurs et leur mère n’empêcherait pas le renouvellement de la relation entre les mineurs et le père, et de continuer à s’occuper de renouer le contact avec le père, ainsi que d’informer le Tribunal s’il était possible que le père reçoive la garde des mineurs. Le juge a, de plus, ordonné d’établir une interdiction de sortie du territoire contre les enfants, apparemment afin d’éviter une situation dans laquelle la mère tenterait de s’échapper avec eux. Le Syndrome de l’Aliénation Parentale est un phénomène dans lequel un enfant est éloigné de l’un de ses parents, sans justification, dans le contexte d’un divorce. L’aliénation se manifeste diversement ce qui affecte à la fois le parent de qui l’enfant est séparé et le parent « bien-aimé » : l’enfant éloigné déclarera intensément ses craintes ou son aversion pour le parent qu’il aimait auparavant et fera preuve d’une loyauté absolue envers le deuxième parent « parfait ».

Par Liane Kehat

La suite de l’article se trouve dans le prochain numéro d’Israël Magazine

S’abonner au magazine par téléphone ou par whats app 00972 (0) 54 254 45 20 ou au 0186982727   

Par email  Andredarmon78@gmail.com

Ou directement sur le site www.israelmagazine.co.il

Découvrez un exemplaire du magazine gratuitement et cliquez sur le rebord droit du mag

https://fr.calameo.com/read/0010965002cfce9dee566?authid=IRnvqb59CRHm