L’habit ne fait pas le moine, mais force est de constater qu’il ne fait pas le rabbin non plus!

La longueur de la barbe et la taille du chapeau ne sont plus les garants de l’intégrité ni d’actes bénis. Bien souvent la confortable situation de rabbin ou d’étudiant a la Yeshiva, qui soutient le monde, se prétend plus louable que celle du laïc qui fait fi de tous devoirs religieux mais qui, lui, fait peut-être avancer le monde. Souvent le « religieux», représentant la Tora n’a que peu rapport avec le derekh eretz (valeurs morales) tandis que le « laïc » défend ces valeurs humaines en rejetant les valeurs divines trop souvent mal représentées.

Pourtant les Sages nous disent: “Derekh eretz kadma la Tora” (les valeurs morales devance la Tora).

Nous sommes tous les enfants voulus de Dieu et sa Tora n’est pas une « religion » mais l’arbre de vie de l’humanité toute entière dont le peuple juif est le gardien. L’insolence de notre génération, qui serait celle de la délivrance, et le rejet de la « religion ne sont en fait que l’expression de sa grandeur d’âme! Elle a soif de perfection et recherche les secrets de l’intériorité de la Tora. Elle n’admet plus la Tora présentée par ses anciens détenteurs comme un unique manuel de lois. L’enseignement n’est plus adapté, comme le souligne le Rav Avraham Hacohen Kook (1865/1935) dans le Maamar Hador (discours sur la génération): Le Rav Kook fut le premier grand rabbin de la terre d’Israël, grand décisionnaire halakhique, penseur, kabbaliste et visionnaire. Il fut entre autre à l’origine en 1923 de la création de la mochava de Bnei Brak, alors ville religieuse nationale là ou primait le travail de la terre. Dans ses écrits il introduit les notions de la Kabbale pour comprendre la Tora et permet de (re)créer le lien entre religieux et laïcs. Comme le disait également le Gaon de Vilna le retour à Sion doit s’amorcer de façon naturelle et c’est ainsi qu’il prônait l’Alya des Juifs; le Rav Kook était persuadé que les temps messianiques avaient débuté et que le retour en terre d’Israël en était le dévoilement. Pour lui, l’assemblée d’Israël s’est éveillée à la renaissance grâce à la volonté de la jeune génération. Les énergies se sont ranimées en un sursaut prodigieux et étonnant. Mais il n’est possible en aucune manière de les soumettre par la contrainte, mais seulement de les élever et de les fortifier, de leur montrer le chemin de la lumière haute et puissante, qui est ouvert devant eux. La main de Dieu nous est tendue en cela. Nous voyons que dans la profondeur de son âme l’assemblée d’Israël s’est presque guérie de la plupart de ses maladies morales qui avaient causé les fautes des Anciens.

 

Par Myriam Sisso

La suite de l’article se trouve dans le prochain numéro d’Israël Magazine

S’abonner au magazine par téléphone ou par whats app 00972 (0) 54 254 45 20 ou au 0186982727   

Par email  Andredarmon78@gmail.com

Ou directement sur le site www.israelmagazine.co.il

Découvrez un exemplaire du magazine gratuitement et cliquez sur le rebord droit du mag

https://fr.calameo.com/read/0010965002cfce9dee566?authid=IRnvqb59CRHm