Donald Trump vient de briser une fois de plus, et avec fracas, le consensus international (Reconnaissance de Jérusalem et du Golan comme entièrement israéliens, pour mémoire) avec son deal et son plan de paix qui permettront de voir passer rapidement sous souveraineté israélienne toutes les communautés juives de Judée Samarie, avec en prime dans l’escarcelle, la Vallée du Jourdain.

Terminés, enfoncés, le consensus malheureux et le paradigme d’abandon systématique, qui s’étaient coulés dans les gènes diplomatiques du pays, et qui voyaient Israël, cheminer de compromis en reculades, d’accords de retraits partiels en agrément de main d’œuvre palestinienne en Israël, sans jamais rien obtenir en contrepartie, si ce n’est le terrorisme, le BDS et, de toute façon, l’animosité mondiale.

Une Judée Samarie juive mais aussi israélienne désormais

Le discours de Donald Trump vient ainsi de redessiner la carte d’Israël, imposant aux Palestiniens comme aux Israéliens d’ailleurs et au monde, une annexion qui était devenue l’arlésienne de la politique israélienne. Il vient surtout après 70 ans de tâtonnement d’octroyer des frontières à Israël en tout de ce côté oriental du pays. Il vient, il faut le noter, d’inverser la politique de la carotte et du bâton quand Israël acceptait ce que le monde lui réclamait (le bâton). Aujourd’hui, sans dire que les carottes soient cuites, elles précèdent largement le bâton avec le redécoupage et la souveraineté retrouvée de la Judée Samarie juive.

La ligne politique du gouvernement actuel ainsi que du prochain (même s’il s’avère qu’il serait celui de Benny Gants) est évidemment, d’ores et déjà, d’adopter et d’appliquer totalement le plan, rapidement, tout comme David Ben Gourion avait accepté le plan de partage en 1947, bien qu’il ne le considérât tout à fait favorable aux Juifs ; contrairement aux Arabes palestiniens qui sont en train de renouveler leurs erreurs stratégiques et historiques, en réitérant un non congénital et compulsif.

De plus, Abou Mazen vient de rompre ses relations avec Israël, ce qui n’améliorera pas la sécurité entre les deux entités ni la redistribution des taxes portuaires dues aux Palestiniens. Des Palestiniens qui finiront peut-être un jour par dire ce qu’ils veulent, ayant refusé toutes les propositions que ce soit celles de Kerry, de Barak ou d’Ehoud Olmert.

Par André Darmon

La suite de l’article se trouve dans le prochain numéro d’Israël Magazine

S’abonner au magazine par téléphone ou par whats app 00972 (0) 54 254 45 20 ou au 0186982727   

Par email  Andredarmon78@gmail.com

Ou directement sur le site www.israelmagazine.co.il

Découvrez un exemplaire du magazine gratuitement et cliquez sur le rebord droit du mag

https://fr.calameo.com/read/0010965002cfce9dee566?authid=IRnvqb59CRHm