Kochavi au Maroc durant 3 jours de coopération militaire ouverte

Kochavi

Kochavi

C’est une visite intense et approfondie qui attend le chef d’Etat-Major de Tsahal ; le Lieutenant-Général Aviv Kochavi au Maroc, ce lundi 18 juillet. L’événement est assez rare pour le souligner : Israël est en période de transition électorale et n’envoie pas d’autre « homme politique » ( ?) que son chef des armées. D’autre part, les épreuves de sélection pour sa succession à l’Etat-Major ont déjà commencé et certains de lui prêter des intentions politiques, après la période de carence, entre une carrière dans la sécurité et l’entrée à Knesset. On a dit la même chose de l’ancien chef du Mossad, Yossi Cohen, qui a entrepris une « retraite » hyperactive, de Directeur des opérations en Israël pour SoftBank, le holding du milliardaire japonais Masayoshi Son.

Cela répond sûrement à une demande forte de la part de Rabat, qui restera implicite tout au long de ce périple.

En octobre dernier, dans le cadre des Accords d’Abraham, les deux pays ont signé un protocole d’accord, officialisant une coopération acrue dans les domaines du renseignement – dont Aviv Kochavi a dirigé sa branche militaire l’AMAN, de 2010 à 2014, pleine période des printemps arabes et au début de la guerre civile en Syrie – de la collaboration industrielle (drones et missiles, entre autres), de la formation militaire (stratégique) et dans d’autres domaines.

En mars 2022, a eu lieu une première visite de très haut niveau, qui comprenait Tal Kalman, chef de la division de la Stratégie et du « Troisième cercle » (dont la principale cible est l’Iran), le Brigadier-Général Efi Dafrin, chef des relations extérieures de Tsahal, et le chef de la Division des opérations du renseignement de Tsahal, Brigadier-Général G. Les grades et fonctions de ces officiers supérieurs nous donnent une idée du sérieux avec lequel Tsahal évalue les menaces qui pèsent sur le pourtour africain (et nord-africain) du Royaume chérifien. On peut croire que la question du Sahara Occidental n’est qu’une entrée en matière des sujets qui occupent les deux Etats-Majors. Au-delà de l’hostilité du Front Polisario, entraîné, financé et équipé par l’Algérie, mais aussi l’Iran et le Hezbollah, la menace islamiste est partout présente en Afrique. Le Roi du Maroc combat ces prédicateurs djihadistes, à la fois sur le plan du renseignement anti-terroriste et militaire et par l’envoi de ses propres émissaires religieux, afin de modérer les pires tendances de l’Islam, dans toute sa sphère d’influence.

La coopération en matière de renseignement, de la formation opérationnelle et la participation à des exercices multilatéraux est déjà en bonne voie d’amorçage.

Au mois de juin, trois hauts gradés israéliens, ont participé aux exercices African Lion, à titre d’observateur : le chef de la Division Moyen-Orient et Afrique du Nord du ministère de la Défense, ainsi que deux autres officiers de Tsahal. Les manœuvres ont rassemblé 7.500 hommes de plusieurs armées, dont le Brésil, La France et la Grande-Bretagne, autour des villes marocaines d’Agadir, Kenitra, Tan Tan, Taoudant et Mahbes. D’autres exercices se sont déroulés au Ghana, au Sénégal et en  Tunisie.

Le Maroc s’est ouvert de son intérêt pour plusieurs armements sophistiqués israéliens (outre Dôme de Fer, qui ne sera sans doute pas en discussion avant longtemps), dont le missile Barak 8, co-produit par IAI et l’Inde, qui abat un avion ennemi à distance située entre 50 et 70 km.

Peut-on aller jusqu’à dire que les deux tirs (sur trois) de missiles Barak -de moyenne portée- il y a deux semaines contre les drones du Hezbollah tentant d’atteindre la plateforme Karish, au large de Haïfa, ont pu prendre la valeur d’un tir d’essai en grandeur réelle, dans le cadre de discussions en cours ? C’est, certes, aller un peu vite en besogne, mais pas totalement exclu.

Climat

BIBI

La suite de l’article se trouve dans le prochain numéro d’Israël Magazine

Découvrez un exemplaire du magazine gratuitement et cliquez ensuite sur le rebord droit

https://online.fliphtml5.com/rjspi/ypmm/#p=1

Votre magazine est livré chez vous en toute confidentialité

S’abonner au magazine par téléphone ou par whats app 00972 (0) 54 254 45 20 ou au 01 86 98 27 27

Par email  Andredarmon21@gmail.com compte  paypal même si vous-même n’avez pas de compte paypal

Ou directement sur le site  https://israelmagazine.co.il/sabonner-au-magazine/

Ou encore Remplir le formulaire pour être contacté

https://docs.google.com/forms/d/e/1FAIpQLSfPYJfb8KjEya-X17w0DGPAuBlCGvqVUdh_Is8EL810Lxw82A/viewform?entry.1189475001=Recipient_Email