Israël bloque l’accès à 1700 sites à caractère pédophile

Pédophilie.  Israël a bloqué lundi l’accès à 1700 sites diffusant des photos et images à caractère pédophile

pédophilie

sur les réseaux

.  Le procureur général a pris cette mesure à la suite d’une opération conjointe du département de lutte contre la cybercriminalité, de la police et d’Interpol. «Le tribunal de Tel-Aviv a ordonné le blocage de l’accès à environ 1700 sites internet diffusant des photos et des vidéos à caractère pédophile disponibles sur les portails israéliens». Interpol avait annoncé en mai le démantèlement d’un réseau international de pédophiles connectés sur le «darkweb». C’est un ensemble de réseaux cryptés et cachés au sein du deep web, partie d’internet non référencée par les moteurs de recherche classiques. Les informations sur ces sites ont été obtenues auprès d’Interpol, affirme le ministère israélien. Il évoque une liste de tous les sites accessibles diffusant du matériel à caractère pédophile à travers le monde. Ces portails israéliens seront astreints à bloquer l’accès à ces sites sous peine de sanctions.

Israël prêt à extrader un Franco-israélien coupable de délits sexuels

Le ministère israélien de la Justice a recommandé au tribunal de Jérusalem de donner son feu vert à l’extradition d’un Franco-israélien, qui était  coupable de délits sexuels en France. La France a demandé à Israël l’extradition d’Ilan Levy-Neumand. Il avait été condamné par contumace en 2010 à 15 ans de prison ferme pour des délits sexuels sur huit mineures dans un centre équestre que cet homme dirigeait en France entre 1987 et 2001. Arrêté en France en 2002 et libéré sous caution, Ilan Levy-Neumand s’était enfui en Israël et réside à Tekoa, une implantation israélienne au sud de Bethléem, où il dirige un centre équestre depuis 2004. L’homme a été arrêté dimanche par la police israélienne en coopération avec Interpol. Il aura droit à un nouveau procès en sa présence après son extradition, selon le communiqué israélien. Interpol, basé à Lyon (France), permet des échanges d’informations entre les polices de près de 200 pays. L’institution publie également des «notices rouges», par lesquelles elle informe ses membres qu’un mandat d’arrêt a été délivré par un pays contre un individu. D’après ce communiqué, il « avait profité de son statut de responsable du centre équestre pour commettre des délits sexuels sur des jeunes filles entre 14 et 18 ans, parfois plus jeunes, venues apprendre l’équitation ».

La suite de l’article se trouve dans le prochain numéro d’Israël Magazine  S’abonner au magazine par téléphone ou par whats app 00972 (0) 54 254 45 20  01 77 47 57 67

Par email  Andredarmon78@gmail.com

Découvrez un exemplaire du magazine gratuitement et cliquez sur le rebord droit du mag

https://fr.calameo.com/read/0010965001feb059d1586?authid=wl2BnKg1JDc5