par Mickael LAUSTRIAT

ÊTRE JUIF A STRASBOURG

Strasbourg

Strasbourg

Strasbourg – proclamée « ville d’art et d’histoire » en 2014 – abrite une très dynamique communauté juive. Pour la rencontrer, il suffit de prendre le tramway et de descendre à la station Contades, qui vous dépose juste en face de la Synagogue de la Paix. C’est un magnifique cube de pierre blanche qui s’insère comme un bijou précieux dans la petite forêt du parc du Contades, poumon de verdure dans le quartier résidentiel de l’Orangerie.

L’histoire de la communauté juive de Strasbourg, qui remonte au haut Moyen-Âge, est bien antérieure à l’année 1349. Cette année-là reste marquée d’une pierre noire. Alors que la peste sévit à travers l’Europe, les autorités de la ville qui accusent les Juifs d’avoir empoisonné les puits, les rassemblent près du cimetière et leur donnent le choix entre la conversion ou le bûcher. Ceux qui échapperont au massacre iront se réfugier dans les villages voisins, et resteront exclus pendant plusieurs siècles du droit de s’installer et de commercer dans la capitale de l’Alsace. Il faudra attendre la Révolution française pour qu’une synagogue voit à nouveau le jour à Strasbourg. A l’aube du Second Empire, plusieurs entrepreneurs juifs prennent le train en marche de l’industrialisation, et fondent d’autres oratoires. Le 8 septembre 1898, avec l’inauguration de la grande synagogue consistoriale du quai Kléber, le Judaïsme alsacien entre alors dans un âge d’or, qui va tragiquement s’interrompre le 12 septembre 1942, quand l’édifice est incendié puis entièrement détruit par les armées allemandes, aidées par quelques antisémites locaux. Après la Libération, c’est seulement en 1952 que la municipalité de Strasbourg décide d’attribuer un espace à la communauté juive. Finalement, le 23 mars 1958, en présence du président de la République de l’époque, un nouveau lieu de culte, la grande Synagogue de la Paix, est inauguré. Centre communautaire, siège du grand-rabbinat du Bas-Rhin, abritant plusieurs salles de prière, des écoles, un collel, un mikvé et la radio juive 102,9 FM, l’édifice est désormais le cœur de la communauté juive strasbourgeoise, estimée aujourd’hui à 20 000 âmes.

Strasbourg, c’est la Jérusalem de l’Europe

Depuis Yossel de Rosheim, au XVIème siècle, la contribution du Judaïsme alsacien à l’histoire de France s’est manifestée par des personnalités aussi différentes que Emile Durkheim (fondateur de la sociologie moderne), Michel Debré (père de la Constitution de la 5ème République), Raymond Aron (écrivain descendant d’une famille de négociant en textiles de Rambervillers), le mime Marcel Marceau (né à Strasbourg) ou l’humoriste Pierre Dac (« pour tout

 

La suite de l’article se trouve dans le prochain numéro d’Israël Magazine

S’abonner au magazine par téléphone ou par whats app 00972 (0) 54 254 45 20  01 77 47 57 67

https://israelmagazine.co.il/sabonner-au-magazine/ Par email  Andredarmon78@gmail.com

Découvrez gratuitement un exemplaire exceptionnel du magazine et cliquez sur le rebord droit du mag