Shéhita, réflexion sur la maltraitance animale

« L’Eternel est bon pour tous, sa Miséricorde s’étend à toutes ses créatures ».  (Psaume 145 : 9)

 

Shéhita

Par Haïm Ouizemann

La tradition de l’abattage rituel juif, la shéhita[1], est généralement loin d’être à l’ordre du jour dans la communauté juive française et même européenne. Pourtant, elle est sans l’ombre d’un doute l’une des questions les plus épineuses de la société juive, Ne serait-il point temps de briser ce tabou, cette loi du silence ?

La shéhita, réflexion sur son abolition

La question éthique de la shéhita est, dans l’ensemble des communautés juives européenne et plus particulièrement en France, fermée au débat au nom de la liberté religieuse. Deux raisons principales expliquent ce mutisme criant.La première est d’ordre intérieur au peuple juif et tient au poids de la Tradition dont le poids pèse lourd et la rend pour ainsi dire intouchable. La seconde raison d’ordre extérieur est liée à la résurgence de campagnes antisémites virulentes en Europe qui, délégitimant cette ancienne tradition d’abattage rituel, visent clairement à nuire à la liberté religieuse juive en en sapant les fondements traditionnels.

https://israelmagazine.co.il/le-gouvernement-suspend-le-projet-de-loi-sur-le-tracage-des-coronavirus/

Mais doit-on craindre, aujourd’hui, ce poids de la Tradition et la menace toujours présente de la haine antisémite, pour empêcher un débat fécond sur l’abattage rituel juif au sein du Judaïsme ? N’est-il point temps que toutes les tendances composant le Judaïsme français s’expriment à ce propos ? Prôner la fin de la maltraitance d’animaux d’élevage menés à l’abattoir devrait constituer l’une des priorités du Judaïsme français et européen afin qu’un jour prochain l’abolition de la shéhita entre dans les mœurs. Il ne s’agit point de remplacer la shéhita par l’étouffement, méthode tout aussi cruelle avec les animaux que l’abattage rituel. Ces interrogations sur la maltraitance des animaux conduits à l’abattage, aussi provocatrices qu’elles puissent paraître, ne peuvent plus échapper à la conscience juive aspirant sans cesse au Tikkoun HaOlam, à l’instauration d’un monde meilleur

la menace toujours présente de la haine antisémite

[1]  L’abattage rituel juif, la shéhita, est pratiqué par des abatteurs rituels juifs. Ceux-ci ont l’obligation de trancher la veine jugulaire, l’artère carotide, l’œsophage et la trachée d’un seul geste continu afin de vider l’animal de son sang sans toucher aux vertèbres cervicales.

La suite de l’article se trouve dans le prochain numéro d’Israël Magazine

S’abonner au magazine par téléphone ou

par whats app 00972 (0) 54 254 45 20 ou au 01 86 98 27 27

Par email  Andredarmon78@gmail.com

Ou directement sur le site   www.israelmagazine.co.il

Découvrez un exemplaire du magazine gratuitement et cliquez ensuite sur le rebord droit du mag

https://fr.calameo.com/read/0010965002cfce9dee566?authid=IRnvqb59CRHm