REPONDRE AU RETOUR DU TERRORISME ANTI-ISRAÉLIEN

Guy Milliere 

terrorisme

terrorisme

Beersheba, 22 mars. Mohammed Abou al-Kiyan s’arrête dans une station-service et assassine une employée. Il repart ; renverse tue un rabbin qui roulait à bicyclette ; roule encore, s’arrête et tue deux autres personnes. Un chauffeur de bus courageux, après avoir demandé à l’homme de se rendre, lui tire dessus et le tue. Hadera, 27 mars, deux hommes, Ayman and Ibrahim Ighbarieh ouvrent le feu sur une station d’autobus. Ils tuent deux membres de la police des frontières israélienne et blessent une dizaine d’autres personnes. Un policier les élimine. Bnei Brak, 29 mars, Diaa Hamarsheh tue quatre personnes avant d’être tué par un policier qu’il a blessé mortellement.  Quatrième attentat à Tel-Aviv, le 7 avril: Raed Hazem tire à la terrasse d’un café, tue trois personnes et blesse une douzaine d’autres. Il sera éliminé le lendemain par le Shin Bet.  C’est la plus grave vague d’attentats et de terrorisme qu’ait connu Israël depuis des années.

terrorisme

Des émeutes ont lieu sur le Mont du Temple au moment où j’écris. Des pierres ont été lancées sur des bus Juifs conduisant des Juifs vers la Vieille ville et le Kotel. Le gouvernement israélien n’a pas pris immédiatement toutes les mesures requises pour rétablir l’ordre. Netanyahou a déclaré: “des dizaines de bus ont été la cible de pierres au cœur de Jérusalem. Nous devons faire preuve de fermeté contre le terrorisme, et rétablir immédiatement le calme et la sécurité dans la capitale d’Israël”.

Rejoindre l’Etat Islamique

Ainsi analyser les quatre attentats permet de voir que trois des cinq terroristes ont un passé alarmant: chacun d’eux a été arrêté, jugé, emprisonné, puis relâché. Abou al-Kiyan avait incité au terrorisme et voulu rejoindre l’Etat Islamique. Il avait été condamné en 2016 à quatre ans de prison, mais avait été libéré au bout de trois ans, pour bonne conduite. Ighbarieh avait été arrêté en Turquie alors qu’il tentait de rejoindre l’Etat Islamique, lui aussi. Il avait été livré à Israël, condamné à dix-huit mois de prison, avait purgé sa peine et retrouvé la liberté. Hamarsheh avait été arrêté en 2015 alors qu’il préparait un attentat. Il avait passé six mois en prison, pas davantage. Dans ces trois cas, les peines infligées ont été incroyablement faibles au vu de la gravité des accusations. Dans un pays menacé sans cesse d’attentats, la faiblesse des peines apparaît préoccupante. D’autres terroristes potentiels sont très certainement passés trop brièvement par les prisons israéliennes et peuvent frapper n’importe où, à n’importe quel moment.

La suite de l’article se trouve dans le prochain numéro d’Israël Magazine

Découvrez un exemplaire du magazine gratuitement et cliquez ensuite sur le rebord droit d

https://fr.calameo.com/read/001096500c7f116363325

Votre magazine livré chez vous en toute confidentialité S’abonner au magazine par téléphone ou par whats app 00972 (0) 54 254 45 20 ou au 01 86 98 27 27

Par email  Andredarmon21@gmail.com

ou directement sur le site

https://israelmagazine.co.il/sabonner-au-magazine/