POUTINE est-il un ami dISRAËL?

Par Guy Millière

Poutine

Poutine

Le 29 novembre 1947, l’Union Soviétique et ses satellites votent à l’Assemblée générale des Nations Unies en faveur du plan de partage du Mandat Palestinien, et contribuent donc à permettre la naissance d’Israël. Ce geste n’a pas eu de suite.

Israël a gagné la guerre déclenchée par les pays arabes de la région dès la proclamation de sa naissance, a noué des liens avec la France et le Royaume Uni, et est devenu un allié de l’Europe occidentale, puis, plus tard, sous John Kennedy, un allié des Etats-Unis. L’Union Soviétique, quant à elle, s’est rapprochée du monde arabe, de l’Egypte et de la Syrie et est devenue un ennemi d’Israël.

Elle a contribué activement, en fournissant armes, renseignements et moyens logistiques à l’Egypte et à la Syrie, aux guerres arabes anti-israéliennes de 1967 et 1973 et a joué un rôle important, au côté de l’Egypte, dans la guerre d’attrition israélo-égyptienne de 1967 à 1970. Elle a fait naitre la “cause palestinienne”, élaborée dans les officines du KGB, et joué un rôle essentiel dans la création de l’Organisation de Libération de la Palestine (OLP) et dans l’émergence du terrorisme palestinien. Elle n’a, jusqu’à sa chute en 1991, changé d’attitude.

Nucléaire

Les années qui ont suivi  ont vu la Russie post-soviétique nouer des relations diplomatiques et commerciales avec Israël. au cours des années 1980, le mouvement refuznik (mouvement de Juifs voulant quitter l’Union Soviétique pour aller vivre en Israël, et soutenu par Reagan), avait permis à de nombreux Juifs russes de rejoindre Israël. Israël, en 1991, était devenu un pays où une importante minorité russe vivait, avec lesquels la Russie a voulu garder des liens.

Quand Vladimir Poutine, fin 1999, a accédé au pouvoir et a stabilisé la Russie, les liens Russie-Israël ont persisté. Poutine a noué une alliance avec l’Iran et commencé, dès 2000, à lui donner à des moyens de se rapprocher graduellement de l’arme atomique. Les liens Russie-Iran et l’aide apportée par la Russie aux projets nucléaires iraniens ont déplu à Israël, qui a assumé, et n’a pas voulu se brouiller avec Poutine.