La loi russe veut paralyser les organisations juives

russe

Russe

Les représentants juifs de l’Agence juive ou les représentants d’organisations juives internationales sont considérés comme des « agents étrangers ». D’étranger à « ennemi », n’y a-t-il plus qu’un pas au sein d’un régime paranoïaque ? La Russie voit croître le nombre d’étrangers autour d’elle, qui sont, selon sa propre définition, « des participants à toute activité que les autorités jugent contraires (donc hostiles) aux intérêts nationaux de la Russie, ou qui reçoivent un soutien quelconque, pas uniquement de l’argent, de l’étranger » (Moskow Times). Les agents de l’Agence juive ou les représentants, disons, de la Licra locale, sont donc considérés comme « agents étrangers ». Les mouvements communautaires, comme les Loubavitch vont sans doute y être assimilés. Pour mieux isoler ces soi-disant « agents étrangers », la Loi du régime prend soin d’y ajouter « toute personne ayant travaillé ou reçu un financement de l’un d’entre eux sera inclue dans une nouvelle liste des personnes et des groupes « affiliés à des agents étrangers ».

L’Agence juive, dans ce cadre, est sous le coup d’une enquête qui dure depuis trois ans, pendant laquelle leurs informations et leur matériel de bureau sont rigoureusement examinés et contrôlés. le Jérusalem Post a révélé en exclusivité que l’Agence Juive a reçu une liste des récriminations du ministère russe de la Justice à son encontre. La nouvelle loi russe déclare que transmettre des informations sur des citoyens russes à un gouvernement étranger est une violation de la loi. Or, dans tout pays au monde, le pays d’immigration a besoin d’éléments précis sur la personne qui en fait la demande. C’est donc le fonctionnement, voire la nature profonde ou raison d’être de l’Agence qui est mise en accusation. L’Agence juive collecterait (à la façon d’une agence de « renseignements ») illégalement des informations sur des ou les citoyens russes » (appelés à n’immigrer nulle part ailleurs).

Cette loi qui semble aboutir après cette enquête de trois ans sur l’Agence Juive, vise simplement à l’empêcher de travailler en  Russie, selon les Big Brothers post-soviétiques. Selon le Ministère de cette justice, l’Agence, transmettant des informations recueillies en Russie avec les bureaux du ministère israélien, pour valider une Alyah ou immigration, violerait sa loi. C’est donc, implicitement ou non, une interdiction d’immigration, voire, demain, de sortie de territoire pour tout Juif russe.

Si l’Agence est officiellement jugée et condamnée, la sentence pourrait se traduire par l’interdiction d’exercer en Russie.

Que répond l’Agence Juive ? L’Agence juive constate que, jusqu’à présent, le gouvernement russe n’interdit pas (encore) à l’Agence de poursuivre ses activités.

Elle dit que « suite aux procédures de contrôle et d’inspection exercées depuis plusieurs années, les autorités russes lui ont adressé une lettre. A ce stade, l’Agence doit répondre par écrit à la liste des faits qui lui sont reprochés. L’Agence étudie en profondeur (ce qui veut dire qu’elle cherche des parades et argumentaires juridiques pour sortir du piège russe) les questions qu’elle abordera dans les « conversations en cours avec les autorités ». Va-t-on s’en tenir à la traditionnelle « persécution administrative », où, après s’être fait taper sur les doigts par les autorités tatillonnes, le Kremlin ordonne de « laisser les choses aller leurs cours » ? Ou l’affaire augure-t-elle d’une réelle brouille diplomatique, orchestrée au sommet, pour faire « payer » sa neutralité à Israël, dans le conflit avec l’Ukraine et l’Europe en général ? A part l’entrée en clandestinité des services d’immigration vers Israël, et des actions militantes inspirées de l’époque stalinienne des Refuzniks, quelles sont les armes dont dispose Israël et la communauté juive de l’Intérieur ?

La suite de l’article se trouve dans le prochain numéro d’Israël Magazine

Découvrez un exemplaire du magazine gratuitement et cliquez ensuite sur le rebord droit

https://online.fliphtml5.com/rjspi/ypmm/#p=1

Votre magazine est livré chez vous en toute confidentialité

S’abonner au magazine par téléphone ou par whats app 00972 (0) 54 254 45 20 ou au 01 86 98 27 27

Par email  Andredarmon21@gmail.com compte  paypal même si vous-même n’avez pas de compte paypal

Ou directement sur le site  https://israelmagazine.co.il/sabonner-au-magazine/

Ou encore Remplir le formulaire pour être contacté

https://docs.google.com/forms/d/e/1FAIpQLSfPYJfb8KjEya-X17w0DGPAuBlCGvqVUdh_Is8EL810Lxw82A/viewform?entry.1189475001=Recipient_Email