Aviv Kochavi, l’actuel  chef d’ Etat major etait Lieutenant colonel au Liban

 

414 soldats israéliens sont tombés au cours des 15 années de combats sanglants dans la zone de sécurité du sud du Liban, mais en raison du fait que cette période n’est pas définie comme une guerre, il n’y a pas de commémoration officielle par Tsahal

Dimanche, il y a exactement 20 ans que les forces de Tsahal se sont retirées du sud du Liban, mais il n’y a ni cérémonie, ni drapeau baissé, ni discours.

Cet événement est surtout connu sur les réseaux sociaux par ceux qui ont passé 15 ans entre 1985 et 2000 à des postes militaires dans toute la zone de sécurité, combattant obstinément la guérilla des terroristes du Hezbollah dans une bataille de dix ans et demi qui n’est toujours pas définie comme une guerre.

Ces dernières semaines, à l’approche du 24 mai, divers groupes Facebook ont été créés par les soldats qui ont servi dans ces avant-postes. Ils se souviennent tous des combats, des bombardements, des convois, des blessés et des 414 frères d’armes qu’ils ont perdus dans le conflit.

La veille du 24 mai 2000 – après une longue bataille publique menée par le mouvement de protestation des Quatre Mères, le Premier ministre d’alors, Ehoud Barak, a tenu sa promesse électorale et a retiré les FDI du Liban. En 1998, l’actuel chef des FDI, Aviv Kochavi, a été promu au grade de lieutenant-colonel et nommé commandant de la brigade orientale du Yakal (l’unité des FDI qui assurait la liaison avec l’ALS), sous le commandement du Brigadier général Erez Gerstein, tombé au combat un an plus tard.

« La génération des commandants qui composent l’état-major a grandi dans les oueds et les embuscades de la zone de sécurité », a déclaré Kochavi cette semaine, rappelant la période enlisée au Liban. C’est une époque où nous avons été modelés personnellement et professionnellement », a déclaré le chef de cabinet, qui a passé de nombreuses années à combattre au Liban.  Je porte avec moi l’image de mes amis, qui sont tombés sur le sol libanais, et embrassent leurs familles », a-t-il déclaré.

Kochavi a également rendu hommage aux combattants de l’armée du Sud-Liban, une milice pro-israélienne dont les membres ont combattu aux côtés des FDI.

Le chef des FDI, Aviv Kochavi, au centre, avec ses membres de l’armée du Sud-Liban (Photo: archives )

«Au fil des ans, l’ennemi au Liban s’est amélioré et a progressivement adopté des schémas de guérilla. Il a fallu plusieurs années à Tsahal pour le reconnaître », a déclaré Kochavi. «Au niveau opérationnel, ce fut une leçon majeure – la nécessité d’une enquête claire, ce qui a conduit à l’évolution de l’armée et de ses méthodes de fonctionnement.»

Il a ajouté : « Les années de combats au Liban sont une leçon que nous devons tirer, celle d’avoir la capacité d’identifier et d’interpréter une situation donnée ».

 

La suite de l’article se trouve dans le prochain numéro d’Israël Magazine

S’abonner au magazine par téléphone ou par whats app 00972 (0) 54 254 45 20 ou au 0186982727   

Par email  Andredarmon78@gmail.com

Ou directement sur le site www.israelmagazine.co.il

Découvrez un exemplaire du magazine gratuitement et cliquez sur le rebord droit du mag

 

https://fr.calameo.com/read/0010965002cfce9dee566?authid=IRnvqb59CRHm