Dès le 4 mars 2020 après l’apparition du Covid-19 en Israël, le pays imposait aux citoyens une période de confinement de 14 jours à toute personne entrant dans le pays par voie aérienne. Quelques jours après, les restrictions s’élargissaient et toute la population israélienne se retrouvait confinée. Du jour au lendemain, toute l’économie israélienne s’est retrouvée paralysée et seuls les secteurs indispensables et dits vitaux pouvaient organiser une activité limitée à 30% puis à 15% de son personnel. Les restaurants fermaient et étaient limités aux uniques livraisons afin d’éviter tout contact et contamination, quand les rues se vidaient de tout passant…

Le Covid-19 a pris possession du pays, est parvenu à figer l’économie, la vie de famille, le pays entier ou presque. Et il a accéléré le mécontentement des petites entreprises (dont nombre au bord de la faillite) qui ont eu l’impression d’être laissés pour compte. L’incertitude s’est installée, escortée d’un sentiment d’insécurité et de panique : toute l’activité économique s’est écroulée, les bourses se sont effondrées, (puis légèrement remontées) et le nombre de chômeurs a atteint un rythme démentiel pour culminer à plus de 26% de la population active, du jamais vu en Israël. Israël n’avait jamais connu une telle crise : ni la guerre, ni la crise des subprimes n’ont eu de telles conséquences. D’autant qu’au 1er mai il y avait plus de 220 morts du virus. Les questions sont d’autant plus cruciales qu’apparemment le ministre de la Santé, Yaacov Litsman, serait prêt apprendre en charge le secteur du Logement dans le prochain gouvernement !

Période d’incertitude

Le premier secteur à avoir été touché de plein fouet a été bien entendu le marché du tourisme avec la fermeture de l’espace aérien israélien. Plus d’avions ni de tourisme et par conséquent plus d’investisseurs étrangers. Ainsi toutes les négociations immobilières en cours ont été interrompues, remises à plus tard ou annulées complètement. Le marché depuis le l0 mars était totalement gelé : en effet, les clients ne pouvant visiter les appartements, les acheteurs et vendeurs se sont retirés. Deux de nos clients vendeurs ont mis en « attente » leur processus de vente afin de voir comment le marché allait réagir lors de la reprise de l’activité. La crainte également de se trouver contaminé lors d’une visite les a poussés à interrompre le mouvement.

Par Elisabeth Lamy

 

La suite de l’article se trouve dans le prochain numéro d’Israël Magazine

S’abonner au magazine par téléphone ou par whats app 00972 (0) 54 254 45 20 ou au 0186982727   

Par email  Andredarmon78@gmail.com

Ou directement sur le site www.israelmagazine.co.il

Découvrez un exemplaire du magazine gratuitement et cliquez sur le rebord droit du mag

camp-ABO1-1200x628

https://fr.calameo.com/read/0010965002cfce9dee566?authid=IRnvqb59CRHm