Des coupes budgétaires contre le déficit de 3.8%

Israël. Des coupes budgétaires contre le déficit de 3.85

Une croissance économique ralentie, en 2019, qui résulterait de moins de revenus fiscaux  a eu pour conséquence fâcheuse un déficit budgétaire d’environ 10 milliards de shekels. le ministre de Finances a ainsi cédé aux demandes de salaires et de retraites notamment dans la police, après avoir énormément investi dans le projet Mehir le Michtaken. Ce programme de logement à prix réduit pour les jeunes serait l’une des raisons principales de la hausse de la dette gouvernementale, ont estimé les économistes isareliens et ceux de l OcdE.

L’exigence d’augmenter les impôts et de faire des coupes dans les dépenses gouvernementales était déjà connue dès décembre dernier, le déficit ayant alors atteint 3,5 % du PIB. Va s’ajouter le prix des élections et le ralentissement économique que connait généralement cette période d’élections, deux en moins d’ un an.

Moshe Kahlon a ainsi proposé une coupe budgétaire de 3,25 milliards de shekels qui s’ajoute à la baisse de 1,15 milliard de shekels des budgets de la Défense et de l’Education. Il propose de surcroît une augmentation des impôts sur les voitures hybrides et une nouvelle taxe sur les carburants industriels qui pourrait entraîner un apport de 450 millions de shekels.  Moshe Kahlon a décidé après l’échec de la formation d’un nouveau gouvernement. Le déficit augmentera en 2019, car pour les mois de janvier et de février 2019,  il s’est déjà élevé à 5,6 milliards de shekels ou 3,5 % sur une base annualisée.

 

La suite de l’article se trouve dans le prochain numéro d’Israël Magazine

S’abonner au magazine par téléphone ou par whats app 00972 (0) 54 254 45 20  01 77 47 57 67

Par email  Andredarmon78@gmail.com

Découvrez un exemplaire du magazine gratuitement et cliquez sur le rebord droit du mag

https://fr.calameo.com/read/0010965001feb059d1586?authid=wl2BnKg1JDc5