La récession déclenchée par le coronavirus changera notre façon de vivre, de faire des affaires et d’investir

La reprise d’une récession déclenchée par le coronavirus marquera le début d’une nouvelle ère dans laquelle notre façon de vivre, de faire des affaires et d’investir changera fondamentalement, affirme le PDG de l’une des plus grandes organisations indépendantes de conseil financier au monde.

Les commentaires de Nigel Green, PDG et fondateur du groupe deVere, interviennent à mesure que le consensus grandit qu’une récession mondiale temporaire est imminente et que les gouvernements et les banques centrales se démènent pour essayer de limiter l’impact.

Dimanche, la Réserve fédérale américaine a annoncé dimanche une nouvelle baisse des taux d’intérêt – sa deuxième mesure d’urgence ce mois-ci. M. Green déclare: «Quoi qu’il en soit, il est désormais presque certain qu’il y aura une récession déclenchée par le virus, car l’offre et la demande mondiales seront affectées. «Nous pouvons nous attendre à ce que cette récession soit profonde mais courte. Le ralentissement sera temporaire car il n’est pas causé par des problèmes et des déséquilibres profondément ancrés dans l’économie, mais plutôt par un choc totalement inattendu qui a frappé le monde. »

Il poursuit: «Chaque récession produit un nouveau monde. Celui-ci aussi. 

«La  récession due au Covid-19 est susceptible de changer fondamentalement notre façon de vivre, de faire des affaires et d’investir. «Nous nous dirigeons vers une ère de taux d’intérêt négatifs. La deuxième baisse des taux, maintenant à zéro, par la Réserve fédérale – la banque centrale de facto mondiale – suggère que les États-Unis pourraient bientôt rejoindre leurs homologues d’Europe et du Japon en adoptant des taux d’intérêt négatifs. «Des taux nuls ou négatifs aideront à faire grimper les prix des actifs financiers et les investisseurs avertis chercheront à compléter leurs portefeuilles en injectant de l’argent frais sur le marché en ce moment. Ils donneront à davantage d’investisseurs plus de raisons d’augmenter leur exposition aux actions, car l’argent ne fonctionnera pas pour eux en tant que dépôts en espèces. » M. Green poursuit: «L’épidémie de coronavirus devrait accélérer la soi-disant quatrième révolution, qui est alimentée par de nouvelles technologies, telles que l’intelligence artificielle et le calcul intensif mobile. «De nouvelles industries vont émerger et, bien sûr, il y aura des gagnants et des perdants. Cela se traduira par des pertes d’emplois dans certains secteurs et d’énormes possibilités d’emploi et d’investissement sans précédent dans d’autres.

«La distanciation sociale forcée mettra en évidence la façon dont les familles, les amis et les collègues peuvent interagir, rester connectés et travailler, comment les entreprises peuvent encore fonctionner efficacement et comment les investisseurs peuvent gérer leurs actifs en faisant progresser les infrastructures numériques.» Le PDG de deVere conclut: «Les perturbations et les changements souligneront que nous vivons à une époque de grandes capacités et de grandes promesses.   « Mais pour construire et protéger leur richesse alors que le monde s’adapte à une nouvelle ère, les investisseurs devraient revoir leurs portefeuilles pour atténuer les risques et profiter des opportunités. »

Par André Darmon

 

La suite de l’article se trouve dans le prochain numéro d’Israël Magazine

S’abonner au magazine par téléphone ou par whats app 00972 (0) 54 254 45 20 ou au 0186982727   

Par email  Andredarmon78@gmail.com

Ou directement sur le site www.israelmagazine.co.il

Découvrez un exemplaire du magazine gratuitement et cliquez sur le rebord droit du mag

camp-ABO1-1200x628

https://fr.calameo.com/read/0010965002cfce9dee566?authid=IRnvqb59CRHm