Mark Knopfler, le Sultan du Swing* Si Dieu pouvait jouer de la guitare, c’est comme ça qu’il jouerait*. Quand Bob Dylan* parle de Mark Knopfler, il dit de lui de que c’est simplement le seul dinosaure*du rock.  Je pourrais ajouter, pour ma part, que Mark Knopfler, l’ex-leader de Dire Straits, est certainement le seul génie de la musique rock, du blues et également leur meilleur interprète. Quand vous interrogez les gens autour de vous ou même sur les réseaux sociaux, le nom de Knopfler parle peu, mais aussitôt que vous prononcez le mot de Dire Straits, l’on reconnait tout de suite le guitariste écossais à la virtuosité incroyable, on lui confesse une virtuosité toute mélodique, entêtante, fabuleuse, cristalline, avec ce doigté ahurissant capable d’arpèges indéchiffrables qui fait mourir les guitaristes les plus chevronnés.

Comment décrire ce moment rare, quand en 1977 ou 1978, la radio crépite subitement et qu’il en sort comme d’une boite de Pandore, un rock endiablé, ‘The Sultans of swing’, sur lequel ondoie une guitare au son exceptionnel de pureté. Ah la fameuse Fender Stratocaster rouge de Knopfler!

Mark Knopfler,

Mark Knopfler,


Mark Knopfler, le plus grand artiste vivant ( selon moi)

Mark Knopfler aura bientôt 70 ans et se dira, devant nous, à Bordeaux, fourbu des tournées et des concerts depuis 40 ans ; c’est ainsi qu’à Bordeaux (entre mes conférences et reportages) et au milieu de 12000 adeptes hagards et enamourés, j’ai entendu Mark Knopfler annoncer qu’il se retirait de la scène. ‘C’est certainement la dernière fois que je viens à Bordeaux’. Mark Knopfler certainement une des dernières légendes du rock était présent avec un orchestre solide de 10 musiciens, flûte, violon celtique en passant par l’orgue et le bouzouki, venant se mêler avec bonheur aux guitares acoustiques et électriques et à la batterie.

 

« Quand j’étais jeune, nous dira-t-il dans cet immense Aréna de Floirac à deux pas de Bordeaux, je rêvais de posséder une seule guitare. Aujourd’hui que je suis un vieil homme, j’en ai partout. Des chères et des bon marché. Celle-ci est très chère, nous dira-t-il, dans un sourire. Mar

Knopfler changera de guitare sept fois sur les sept premières chansons.

Par André Darmon

La suite de l’article se trouve dans le prochain numéro d’Israël Magazine

S’abonner au magazine par téléphone ou par whats app 00972 (0) 54 254 45 20  01 77 47 57 67

Par email  Andredarmon78@gmail.com

Découvrez un exemplaire du magazine gratuitement et cliquez sur le rebord droit du mag

https://fr.calameo.com/read/0010965001feb059d1586?authid=wl2BnKg1JDc5