Leonard Cohen et la Guerre de Kippour  par Andre Darmon

Leonard Cohen

Leonard Cohen

En 1973, quand Leonard Cohen apprit que la guerre avait éclaté en Israël, il fit sa valise et vint chanter pour les soldats au front. Le livre « Who’s on Fire » du journaliste Matti Friedman relate cette époque qui a profondément marqué l’artiste, sa vie et ses chansons. Dans « Who’s on Fire », Matti Friedman raconte l’histoire dramatique d’un artiste extraordinaire qui entretenait une relation complexe avec ses racines et son identité juives. Cohen se sentait profondément juif. Son grand-père était rabbin et tout jeune il longuement étudié Torah et Talmud. Il retournait ainsi sur les lieux mêmes où est née sa connexion unique avec Israël.

Et qui par le feu, qui par l’eau   Qui au soleil, qui dans la nuit

https://israelmagazine.co.il/tel-aviv-magazine-du-groupe-israel-magazine/

Leonard Cohen avait 39 ans et peu de temps avant d’avoir son premier enfant, il avait senti sa créativité s’engourdir. Puis la guerre éclata en Israël. Leonard fit donc une valise, car il pensait se battre contre les Egyptiens ou bien encore travailler dans un kibboutz, mais il finit par chanter pour les soldats, principalement au front, dans les profondeurs du Sinaï, pendant des bombardements incessants alors que l’odeur de la mort flottait dans l’air en octobre 1973, en pleine guerre du Kippour. Surprise par une offensive éclair égypto-syrienne destinée à récupérer les territoires conquis par l’Etat hébreu durant la guerre des Six Jours, Tsahal n’est pas passe loin de la correctionnelle.  Aussi de nombreux artistes israéliens et étrangers se sont mobilisés pour effectuer bénévolement des tournées à l’arrière du front afin de doper le moral des troupes juives. Et Cohen en fit partie. La tournée de Leonard Cohen pendant la guerre du Yom Kippour relève encore de la mythologie israélienne, et peu de détails sont connus à son sujet. Cohen a à peine parlé de l’expérience, mais elle l’a profondément marqué. Il se dit en Israël que Cohen a été si ébranlé par sa tournée sur le front et qu’il a (un temps du moins) gardé le contact avec des combattants qu’il avait croisés sur le terrain. Cela se reflète dans les textes perdus trouvés lors de sa succession, au cours aussi de sa vie et dans ses poèmes. Des soldats israéliens ont aperçu Cohen, poussiéreux, épuisé, secoué par le choc et la terreur de la guerre de Yom Kippour.

La suite de l’article se trouve dans le prochain numéro d’Israël Magazine

Découvrez un exemplaire du magazine gratuitement et cliquez ensuite sur le rebord droit

https://online.fliphtml5.com/rjspi/mxre/

Votre magazine livré chez vous en toute confidentialité S’abonner au magazine par téléphone ou par whats app 00972 (0) 54 254 45 20 ou au 01 86 98 27 27

Par email  Andredarmon21@gmail.com

directement sur le site https://israelmagazine.co.il/sabonner-au-magazine/

Ou encore S’abonner au magazine livré chez vous en toute confidentialité. Remplir le formulaire

https://docs.google.com/forms/d/e/1FAIpQLSfPYJfb8KjEya-X17w0DGPAuBlCGvqVUdh_Is8EL810Lxw82A/viewform?entry.1189475001=Recipient_Email

 

https://www.facebook.com/563799703686978/posts/3916028461797402/