La Conférence de San Remo d’avril 1920 a transformé les « droits historiques » du peuple juif sur ces terres – déjà reconnus dans la Déclaration Balfour de 1917 – en « droits légaux » reconnus par un Traité de paix international ayant force de loi.

La scène politique de l’Etat hébreu est à ce point devenue volatile qu’aucun spécialiste en Affaires intérieures israéliennes ne saurait entrevoir de manière sérieuse, en se projetant une année plus tard, le scénario le plus probable concernant l’avenir du cabinet Netanyahou-Gantz.

De manière symptomatique et dramatique, le télescopage spectaculaire des agendas politique et judiciaire du pays a voulu que ce dimanche 24 mai – journée devenue « historique » – ait été marqué par la tenue, le matin dans la salle Chagall de la Knesset, de la 1ère réunion du Conseil des ministres du cabinet d’union nationale, puis, l’après-midi, par l’ouverture fort mouvementée dans et hors de la salle 317 du Tribunal de district de Jérusalem, d’un procès d’un genre sans précédent pour le pays : celui d’un Premier ministre dans l’exercice de ses fonctions !

Les pièges du « procès Netanyahou »

La 1ère bataille juridique menée par les avocats de Netanyahou consiste à obtenir des trois juges de ce Tribunal que les prochaines auditions – desquelles ils ont d’ores et déjà dispensé le Premier ministre – aient lieu le plus tard possible dans l’année en cours, voire au début 2021. Raison évidente de cette tentative de temporisation : comme la rotation Netanyahou-Gantz au poste de Premier ministre est fixée au 17 novembre 2021 (date à laquelle Bibi est censé laisser son poste au chef du Parti Bleu-Blanc), sa défense souhaite à tout prix éviter qu’un rythme soutenu des délibérations du Tribunal ne le conduise à prononcer trop tôt son verdict dans les affaires de corruption concernées à un moment qui, justement, affecterait de manière évidente le mécanisme déjà fort délicat de cette alternance politique… surtout si Bibi devait être condamné totalement ou partiellement !

De plus, quelle que soit l’issue finale de ce procès, même s’il risque de durer au moins jusqu’au milieu de l’année 2022 – en raison notamment du très grand nombre de témoins convoqués à la barre -, les tensions internes à l’Etat et à la société d’Israël, à présent déjà très exacerbées, deviendront plus vives. En effet, si Netanyahou était condamné, la moitié ou plus des citoyens du pays, ceux-là mêmes qui ont accordé à trois reprises leur pleine confiance au chef du Likoud (avec 40 % de votes supplémentaires en mars 2020 alors qu’il était déjà inculpé) et qui veulent le voir continuer à diriger le pays, estimeront que le système judiciaire l’a détrôné en s’acharnant contre lui en raison de ses options politiques de droite.

Et ce, pendant que les anti-Netanyahou et autres porteurs de drapeaux noirs, qui auront alors de bonnes raisons de se réjouir, critiqueront de manière décuplée le fonctionnement du système politique national qui aura donc permis à un tel « criminel » de rester si longtemps au pouvoir… Dans le cas – peu probable pour l’instant – d’un acquittement de Bibi, la situation, même inversée, ne sera guère meilleure pour Israël : une bonne part du public pourra alors se demander à juste titre pourquoi les services du Procureur de l’Etat et de la Justice se seraient ainsi acharnés contre une haute figure politique, finalement innocente, en suscitant de surcroît pendant de si longs mois un tel traumatisme juridico-politique. Quant aux adversaires « corps et âme » de Netanyahou, ils critiqueront de plus belle « les juges dégonflés » qui auraient craint de s’en prendre à Bibi en abhorrant encore plus le

 

Par RICHARD DARMON

La suite de l’article se trouve dans le prochain numéro d’Israël Magazine

S’abonner au magazine par téléphone ou par whats app 00972 (0) 54 254 45 20 ou au 0186982727   

Par email  Andredarmon78@gmail.com

Ou directement sur le site www.israelmagazine.co.il

Découvrez un exemplaire du magazine gratuitement et cliquez sur le rebord droit du mag

 

https://fr.calameo.com/read/0010965002cfce9dee566?authid=IRnvqb59CRHm