Comment fonctionne le système de retraite en Israël

Le régime de retraite obligatoire en Israël est bien différent de celui en vigueur actuellement en France. Un système de retraite par répartition est pratiquee dans l’Hexagone qui repose sur la solidarité entre les générations. Chaque année le total des cotisations versées par les actifs et par leurs employeurs aux caisses de retraite sert à payer immédiatement les pensions de retraite obligatoire des retraités. En contrepartie, les actifs acquièrent eux-mêmes des droits à la retraite qui seront financés par les générations futures lorsqu’ils cesseront de travailler. En Israël  un système de retraite par capitalisation prévaut. L’actif met de l’argent de côté via des cotisations dans un des fonds de pension existants, qui lui sera reversé à l’âge de la retraite sous la forme d’une rente mensuelle ( avec la possibilité de toucher une partie des fonds sous forme de capital dans certains cas bien précis). C’est pour cela qu’en Israël nous parlons en général de l’épargne retraite et non de droits à la retraite.

la retraite en Israel

A combien s’élèvent les cotisations mensuelles ?

Il y’a lieu de faire une distinction entre le statut du salarié et celui du travailleur indépendant (en hebreu « ossek patour » ou « ossek mourche »).

Concernant le salarié, l’obligation légale de cotiser mensuellement est valable depuis 2008 et incombe à l’employeur.

La cotisation est composée de 3 éléments distincts :

  • 6% du salaire brut a la charge de l’employé pour l’épargne retraite (cela fait partie des sommes ponctionnées sur le salaire brut et apparaissant sur la fiche de paie).
  • 5% du salaire brut du salarie pour l’épargne retraite a la charge de l’employeur.
  • 6% du salaire brut également a la charge de l’employeur, pour les indemnités de licenciement du salarie. A noter que cette partie de la cotisation peut être débloquée par le salarie au moment où il quitte la société de son plein gré et en cas de licenciement. L’employeur devra en plus de cette somme cotisée mensuellement compléter les indemnités par un versement unique supplémentaire qui sera établi en fonction de plusieurs paramètres. (il est vivement conseillé de ne pas débloquer les indemnités de l’épargne retraite car cela influence fortement la rente mensuelle qui sera perçue à l’âge de la retraite!)

Pour résumer, l’employé cotise 6% et l’employeur 12.5% du salaire brut, ce qui fait au total une cotisation mensuelle de 18.5% du salaire brut de l’employé, ce qui est loin d’être négligeable.

Concernant les travailleurs indépendants, une loi rentrée en vigueur en 2017 leur impose une cotisation annuelle dont le montant dépendra directement du bénéfice déclaré aux autorités fiscales. Cette cotisation peut être réglée mensuellement ou alors sous forme de règlement unique en cours d’année fiscale. Les indépendants qui ne s’acquitteront pas de cette obligation et déclarants un bénéfice annuel supérieur à 63,600 Nis, pourront se retrouver sous le cout d’une amende accompagne d’une obligation de régularisation rétroactive depuis 2018. Il est vivement conseillé aux indépendants de consulter leur comptable ou conseiller retraite car les cotisations peuvent donner droit à des avantages fiscaux conséquents.

 

  • Les différents types de programmes retraite

 

La suite de l’article se trouve dans le prochain numéro d’Israël Magazine

S’abonner au magazine par téléphone ou par whats app 00972 (0) 54 254 45 20  01 77 47 57

Par email  Andredarmon78@gmail.co.il

Découvrez un exemplaire du magazine gratuitement et cliquez sur le rebord droit du mag