AVIV KOHAVI, la nouvelle stratégie d’Israël

AVIV KOHAVI, la nouvelle stratégie d’Israël

En Israël les chefs d’état-major se suivent et ne se ressemblent pas. Certains s’unissent à des formations politiques, comme si la distinction militaire vous octroyait un statut privilégié. « L’envie réussit trop souvent à flétrir de son souffle impur les lauriers de la gloire. »

Il ne suffit pas de sortir de la caserne pour entrer en politique. En la matière aussi il faut s’évertuer à découvrir les réalités du terrain. Apprendre à servir est l’un des engagements premiers d’un chef d’armée. Aviv Kohavi pourrait en faire une devise, tant sa vocation a trouvé son expression dans la mission que lui ont donnée le Premier ministre et le ministre de la Défense. Aviv Kochavi est né le 23 avril 1964 (56 ans) à Kiryat Bialik où il a grandi, parmi ses parents, Riva, professeur d’éducation physique, Chaoul Kochavi, propriétaire d’un magasin, sa sœur, le Dr Tal Kochavi, rédactrice en chef et éditrice de l’Institut Van Leer, et son frère, le Dr Zohar Kochavi, rédacteur en chef de l’Open University Publishing House. Son grand-père maternel et certains de ses frères, ont immigré en Israël de Russie avant la Seconde Guerre mondiale, tandis que son grand-père paternel, était originaire de Cracovie en Pologne (L’un des oncles de son père, a été sauvé par Oscar Schindler).

« Il en va ainsi dans les armées : le nombre, le plus souvent, n’est rien, si les chefs n’excellent pas dans le conseil. »

 

AVIV KOHAVI

Aviv Kohavi

Aviv Kohavi est bachelier en philosophie de l’Université hébraïque, d’une maîtrise en administration publique de l’Université de Harvard. Il vit dans la vallée de Jezréel en Galilée, est marié à Yaël, une avocate de profession, adjointe au procureur du district du Nord, et est le père de trois filles. Quelques éléments viennent compléter son profil atypique : il est végétarien depuis le lycée, et peintre amateur. La carrière militaire La carrière d’un haut-gradé de l’armée d’Israël est souvent jalonnée d’étapes qui façonnent un mental, raffermissent une vocation, et donnent du corps et du sens à toutes les décisions qui se seront prises. Il est utile d’en retenir quelques-unes : Au mois d’Août 1982, il s’engage dans l’unité des parachutistes, Bataillon 890, dont il devient le commandant après avoir suivi une formation d’officier d’infanterie. Entre 1988 et 1990, il est nommé commandant d’une brigade de parachutistes, en tant que responsable des opérations. En 1993, il est promu lieutenant-colonel, et nommé commandant du Bataillon 101 jusqu’en 1994.

Par Robert BEN DENOUN

La suite de l’article se trouve dans le prochain numéro d’Israël Magazine

S’abonner au magazine par téléphone ou par whats app 00972 (0) 54 254 45 20 ou au 0186982727   

Par email  Andredarmon78@gmail.com

Ou directement sur le site www.israelmagazine.co.il

Découvrez un exemplaire du magazine gratuitement et cliquez sur le rebord droit du mag

camp-ABO1-1200x628

https://fr.calameo.com/read/0010965002cfce9dee566?authid=IRnvqb59CRHm

Par |2020-03-22T13:15:15+02:00mars 22nd, 2020|a l ecart, A LA UNE, ACTUALITES, DEFENSE, Edito, ETATS-UNIS, flashinfos, POLITIQUE|0 commentaire

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Aller en haut