Un antisémitisme meurtrier a contribué à   rendre la Pologne « Judenfrei »

Marc-André Charguéraud

August Hlond

Nous sommes le 29 février 1936, Adolf Hitler est chancelier du Reich depuis trois ans. Ce jour-là le cardinal August Hlond, primat de Pologne, dans une lettre pastorale, dénonce le caractère satanique des Juifs. « Il est vrai que les Juifs commettent des fraudes, pratiquent l’usure et la traite des blanches. Il est vrai que du point de vue religieux et éthique, l’influence à l’école de la jeunesse juive sur la jeunesse catholique est généralement satanique … Il est vrai que les Juifs se battent contre l’église catholique, qu’ils sont libres penseurs et constituent l’avant-garde de l’athéisme, du bolchevisme et de l’activité révolutionnaire. » [1]

https://israelmagazine.co.il/tsahal-inquiet-par-victoire-joe-biden/

Après avoir traîné les Juifs aux gémonies, le cardinal August Hlond tente de se démarquer des pratiques nazies : « Je mets en garde contre les principes antijuifs fondamentaux et inconditionnels importés de l’étranger (du Reich) ». Vous pouvez boycotter leurs magasins, vous devez refuser leurs publications antichrétiennes, mais « il n’est pas permis de s’en prendre aux affaires juives, de détruire leurs marchandises, de casser leurs vitres ou de démolir leurs maisons ».[2][2] Hlond aurait dû ajouter qu’il condamne aussi les pogroms meurtriers. La Pologne a sur ce plan une grande longueur d’avance sur l’Allemagne avec des centaines de victimes juives entre 1935 et 1937.[3]

Pour Hitler un juif converti, bien que de religion catholique, n’en restait pas moins de race juive.

https://israelmagazine.co.il/un-projet-de-robotique-emerge-du-technion/

Le cardinal August Hlond conclut : « Un problème juif existe et il existera tant que les Juifs resteront juifs ». Traduisez : « Tant qu’ils ne se seront pas convertis au catholicisme ». Le prélat se réclame de la grande tradition romaine. La reconnaissance du Christ sauveur et le baptême rédempteur des Juifs sont la seule solution au « problème juif ». Pour Hitler un juif converti, bien que de religion catholique, n’en reste pas moins de race juive. Les théologiens chrétiens ont sans relâche combattu cette position. Le Primat de Pologne vient de stigmatiser violemment les Juifs. Comment s’étonner alors que la communauté catholique se déchaîne ? En 1936, un périodique jésuite prêche la ségrégation des nouvelles générations : « On doit laisser les Juifs vivre, mais ils doivent être éliminés de la vie de la société chrétienne. Il est nécessaire de leur donner des écoles séparées (…) pour que nos enfants ne soient pas infectés par leur moralité douteuse. » Une résolution allant dans ce sens est adoptée par le synode des évêques polonais.[4]

La suite de l’article se trouve dans le prochain numéro d’Israël Magazine

Découvrez un exemplaire du magazine gratuitement et cliquez ensuite sur le rebord droit du mag

https://issuu.com/yoch2/docs/israelmagazine238

S’abonner au magazine par téléphone ou  par whats app 00972 (0) 54 254 45 20 ou au 01 86 98 27 27

Par email  Andredarmon78@gmail.com  Ou directement sur le site www.israelmagazine.co.il

Ou encore S’abonner au magazine livre chez vous en toute confidentialité. Remplir le formulaire

https://docs.google.com/forms/d/e/1FAIpQLSfPYJfb8KjEya-X17w0DGPAuBlCGvqVUdh_Is8EL810Lxw82A/viewform?entry.1189475001=Recipient_Email