Copyright Marc-André Charguéraud et Israël Magazine. Genève. 2021

  1943-1944. Pour secourir les Juifs de Drancy, il y eut des traitres mais aussi des héros ?

Drancy

Drancy        

Pouvait-on les laisser mourir de faim sachant que personne ne viendrait à leur sauvetage ? Comment reprocher aux membres de l’UGIF de secourir les internés de Drancy, alors que les plus hautes instances juives d’outre Atlantique adjurent le CICR d’intervenir dans les camps ?

Un historien américain, évoquant l’arrestation à la Libération de Georges Edinger, président de l’Union Générale des Israélites de France pour la zone nord (UGIF-Nord), conclut sans ménagement que cela mit « un point final à deux années et demie d’ignominie de l’UGIF au service du camp allemand (de Drancy) ».[1] Ignominie : déshonneur extrême causé par un outrage public, action infamante, honteuse d’après le Petit Robert. Le mot est lourd de sens.[2] Fallait-il laisser mourir de faim les Juifs de Drancy, sachant que personne ne viendrait à leur secours ? Fallait-il refuser aux malades tout médicament, aux désespérés tout réconfort moral ? Le plus grand nombre des prisonniers pense encore que les convois partent vers des camps de travaux forcés en Pologne.  Ils se révéleront être des camps de la mort, mais cela, ils ne le savent pas. Ne fallait-il pas maintenir cette vaillante lueur d’espoir ?[3]

La suite de l’article se trouve dans le prochain numéro d’Israël Magazine

Découvrez un exemplaire du magazine gratuitement et cliquez ensuite sur le rebord droit

https://online.fliphtml5.com/rjspi/mxre/

Votre magazine livré chez vous en toute confidentialité S’abonner au magazine par téléphone ou par whats app 00972 (0) 54 254 45 20 ou au 01 86 98 27 27

Par email  Andredarmon21@gmail.com

directement sur le site https://israelmagazine.co.il/sabonner-au-magazine/

Ou encore S’abonner au magazine livré chez vous en toute confidentialité. Remplir le formulaire

https://docs.google.com/forms/d/e/1FAIpQLSfPYJfb8KjEya-X17w0DGPAuBlCGvqVUdh_Is8EL810Lxw82A/viewform?entry.1189475001=Recipient_Email

 

Début juillet 1943, les Allemands imposent à l’UGIF la responsabilité pour le camp de Drancy des approvisionnements, du service de colis, des soins médicaux et de l’équipement de ceux qui sont déportés vers l’Est. L’UGIF accepte la tâche et Drancy devient sa principale préoccupation.[4] Cette «collaboration » de l’UGIF a été dénoncée. Nourrir, habiller, soigner les internés, c’est faire le jeu des Allemands pour qu’ils puissent conduire les déportations dans le calme, sans interférences, tel est l’un des reproches adressés par des historiens.[5] De quelle interférence, de quelle opposition, de quelle résistance parle-t-on ? Ceux qui ont été emprisonnés à Drancy, des Juifs affamés, malades, ou psychologiquement à bout de forces, ne pouvaient pas envisager de se soulever contre leurs tortionnaires SS. Et pour ceux qui doutent, qu’ils relisent le témoignage accablant d’Odette Daltroff-Baticle sur les enfants de Drancy.[6]