Les Juifs Portugais de BORDEAUX

La vie communautaire exceptionnelle et lumineuse, bat son plein.

par Geneviève Wittmann

Bordeaux

Bordeaux

Bordeaux, magnifique ville animée et commerçante, bourgeoisement installée en bordure de la Garonne, présente un entrelacs de ruelles et de places, d’hôtels particuliers, de demeures en pierres de taille, d’églises, de musées, des balcons en ferronnerie ouvragée, de hautes fenêtres à petits carreaux « à la Versailles».

 Il n’y a pas si longtemps, les vastes quais où l’on flâne agréablement aujourd’hui, étaient envahis de tonneaux, de caisses et colis. Sur le fleuve allaient en tous sens, voiliers, frégates et gabarres, les bateaux à fond plat typiques de la région transportant la production des vignobles jusqu’aux entrepôts des Chartrons. Les Chartrons, le quartier du port où s’étaient installés des négociants anglais, flamands et irlandais. Il reste aujourd’hui des rues au charme inouï, des placettes paisibles et comme un parfum de cacao, de café grillé et autres épices exotiques.

En cette veille de Pessah, 80 personnes vont de l’aide

La synagogue de Bordeaux inaugurée en 1882, est à l’image de cette ville : prestigieuse. Elle est aussi l’une des plus vastes d’Europe. Une jolie cour ombragée la sépare de l’immeuble communautaire. Le hall d’entrée bourdonne comme une ruche autour du vaste escalier central. Là, un bureau où s’activent deux personnes, des touristes reçoivent leur casque pour la visite commentée de ce lieu historique, et des dames âgées confortablement installées dans la salle à manger papotent joyeusement. Ici on peut aussi prendre ses repas. Philippe, le nouveau chef cuisinier, prépare des plats raffinés pour ceux qui souhaitent déjeuner sur place. La pièce est lumineuse et gaie, l’atmosphère sereine. Erick Aouizerate, président du Consistoire Israélite de Gironde, salue les uns, plaisante avec d’autres, répond au téléphone, supervise l’arrivée des colis destinés aux plus démunis. En cette veille de Pessah, 80 personnes vont en bénéficier. L’aide alimentaire est organisée ici en continu. Chaque semaine on apporte des vivres à ceux qui en ont le plus besoin.

La vie communautaire exceptionnelle et lumineuse, bat son plein.

On pénètre dans la synagogue par la grande porte à doubles-battants ou les portes latérales ornées de vitraux colorés. On est surpris par la splendeur de l’édifice, sa hauteur exceptionnelle, la luminosité, la sobriété. De part et d’autre, des colonnes blanches supportent la mekhitsa, elle-même ornée de colonnes roses. La tevah au centre et derrière, une imposante menora dorée de près de 4M50 de hauteur. Tout au fond, un vaste rideau pourpre s’entrouvre sur l’arche sainte enchâssée sous une arcade de style orientalisant. La synagogue de Bordeaux comportait un orgue dont il ne reste aujourd’hui que le buffet et un système ingénieux enterré dans le sol, qui permettait à l’instrumentiste de jouer depuis la tebah. La restauration est en cours et sera terminée début 2023 :on peut contribuer à son retour dans la synagogue en envoyant un don (voir ci-dessous).

La suite de l’article se trouve dans le prochain numéro d’Israël Magazine

Découvrez un exemplaire du magazine gratuitement et cliquez ensuite sur le rebord droit

https://online.fliphtml5.com/rjspi/ypmm/#p=1

Votre magazine est livré chez vous en toute confidentialité
S’abonner au magazine par téléphone ou par whats app 00972 (0) 54 254 45 20 ou au 01 86 98 27 27

Par email  Andredarmon21@gmail.com  pay pal

Ou directement sur le site

https://israelmagazine.co.il/sabonner-au-magazine/

Ou encore S’abonner au magazine livré chez vous en toute confidentialité. Remplir le formulaire

https://docs.google.com/forms/d/e/1FAIpQLSfPYJfb8KjEya-X17w0DGPAuBlCGvqVUdh_Is8EL810Lxw82A/viewform?entry.1189475001=Recipient_Email

 

https://www.facebook.com/563799703686978/posts/3916028461797402/