L’histoire mouvementée d’Israël est importante pour comprendre le déroulement du programme du Lavi qui devait permettre l’indépendance du pays dans le domaine des avions de combat alors qu’il avait souffert à plusieurs reprises d’embargos sur les armes.

https://israelmagazine.co.il/des-bars-rouvrent-autour-de-tel-aviv-malgre-la-reglementation-sur-les-coronavirus/

Initialement, 300 appareils dont 60 biplaces d’entraînement au combat devaient être fabriqués. L’industrie israélienne de l’armement avait donc été chargée non seulement de donner une alternative israélienne aux armes étrangères, mais aussi de répondre aux besoins spécifiques de Tsahal. Dans  les années 60, Israël retint Dassault – le constructeur avait formé la colonne vertébrale de l’armée de l’air israélienne – pour développer une version air-sol spécialement configurée de l’avion connu sous le nom de Mirage V.  Dès 1967, dans  les mois précédant et suivant la guerre, les fournisseurs d’armes traditionnels d’Israël en Europe arrêtèrent le déversement d’armes vers l’État juif. La fourniture de chasseurs Mirage et de missiles Saar 3 en provenance de France, ainsi que la fourniture des chars de combat, Chieftain du Royaume-Uni, furent tous suspendus.

Embargo sur les livraisons de ces Mirage

Ce n’est que lorsque la France décréta l’embargo sur les livraisons de ces Mirage qu’Israël, clandestinement, acquit les plans du moteur Atar du chasseur et a procédé à la fabrication des avions et du moteur du chasseur-bombardier Nesher. La capacité de fabrication de chasseurs de l’IAI a en été développée suite à ces embargos sur les armes de 1967, qui avaient laissé des cicatrices chez les Israéliens. En 1975, les États-Unis qui étaient devenus le seul fournisseur majeur d’Israël, suspendirent la livraison d’avions de combat à réaction à Israël comme stratégie de pression lors des négociations pour le retrait d’Israël du Sinaï occidental. Ce n’était que le premier de nombreux incidents, où la fourniture d’armes était liée à des concessions de la politique israélienne. En 1977, Israël a réclamé pour être autorisé à assembler localement 200 exemplaires de l’avion en Israël

 

La suite de l’article se trouve dans le prochain numéro d’Israël Magazine n*236

S’abonner au magazine par téléphone ou

par whats app 00972 (0) 54 254 45 20 ou au 01 86 98 27 27

Par email  Andredarmon21@gmail.com

Ou directement sur le site www.israelmagazine.co.il

Découvrez un exemplaire du magazine gratuitement et cliquez ensuite sur le rebord droit du mag

https://fr.calameo.com/read/0010965002cfce9dee566?authid=IRnvqb59CRHm

 

https://docs.google.com/forms/d/e/1FAIpQLSfPYJfb8KjEya-X17w0DGPAuBlCGvqVUdh_Is8EL810Lxw82A/viewform?entry.1189475001=Recipient_Email