Le Premier ministre Netanyahou dans la vallée du Jourdain ( Photo: GPO )

Bibi

Bibi

La souverainiste en Judée Samarie : cadeau de départ de Netanyahou

Le Premier ministre et le leader de longue date, veut entrer dans l’histoire comme celui qui a appliqué la souveraineté sur certaines parties de la Judée Samarie et de la vallée du Jourdain

Netanyahou, disent ses détracteurs, n’est pas intéressé à annexer le territoire saisi par Israël lors de la guerre des Six Jours de 1967, mais il aurait l’intention d’utiliser cela comme moyen de prolonger la durée de son procès pénal.

Bien que cette affirmation ne soit pas impossible, je crois que Netanyahu a un œil sur l’histoire et considère l’annexion de la vallée du Jourdain et des villages juifs comme son héritage historique, tout comme les annexions antérieures de Jérusalem-Est (1967) et du plateau du Golan (1981) ont été considérés comme des mesures historiques par les chefs de gouvernement précédents.

Cette dernière décision, estime Bibi Netanyahou, renforcera l’emprise d’Israël sur certaines parties de la terre biblique d’Israël et assurera des frontières défendables pour l’État.

Des frontières défendables pour l’État.

Netanyahou en 1997 avait signé l’accord d’Hébron avec l’Autorité palestinienne – divisant le contrôle de la ville entre Israël et l’Autorité palestinienne. Et même si cela enlevait la majeure partie de la ville à Israël, ce fut une solution plus réaliste que celle présentée par la gauche israélienne qui espère toujours une solution à deux États.

Le Premier ministre est resté fidèle à sa vision de longue date, même lorsqu’il était dans l’opposition, selon laquelle l’Autorité palestinienne telle qu’elle est aujourd’hui – avec l’ajout de certains symboles d’État tels que les timbres et la monnaie – est le futur État palestinien démilitarisé. C’est un point de vue étrangement similaire à l’esquisse du plan de paix de Donald Trump. L’héritage de Netanyahou serait donc assuré si son projet n’était pas déjoué par les changements politiques aux États-Unis ou une crise telle qu’une pandémie de coronavirus et ses ramifications.

https://israelmagazine.co.il/comment-relancer-lactivite-economique-2/

Ses partenaires de coalition ne sont pas susceptibles de s’opposer à l’annexion car elle est conforme à leur position idéologique.  Leurs préoccupations se limiteraient à la réaction internationale et aux répercussions sur la sécurité de cette décision, un obstacle relativement petit à surmonter. La violence suivrait-elle nécessairement un mouvement d’annexion? Jusqu’à présent, l’Autorité palestinienne indique que ses réactions seraient diplomatiques, y compris un appel aux institutions internationales.

Abonnements au magazine 0542544520  01 86 9827 27

La suite de l’article se trouve dans le prochain numéro d’Israël Magazine

S’abonner au magazine par téléphone ou

par whats app 00972 (0) 54 254 45 20 ou au 01 86 98 27 27

Par email  Andredarmon78@gmail.com

Ou directement sur le site www.israelmagazine.co.il

Découvrez un exemplaire du magazine gratuitement et cliquez ensuite sur le rebord droit du mag

https://fr.calameo.com/read/0010965002cfce9dee566?authid=IRnvqb59CRHm