La guerre pas si secrète entre Israël et l’Iran

Iran

Iran

Depuis des années, Israël et l’Iran sont engagés dans des actions secrètes l’un contre l’autre.

Israël considère l’Iran, qui appelle à son élimination, comme sa plus grande menace ; tandis que l’Iran considère Israël comme un ennemi aux côtés des États-Unis. En 2020, les dirigeants iraniens ont imputé à Israël la responsabilité de la mort de leur principal scientifique nucléaire, Mohsen Fakhrizadeh, abattu au volant d’une voiture sur une route à l’extérieur de Téhéran. L’Iran est également soupçonné de viser les intérêts américains et israéliens dans la région en représailles à des attaques contre son territoire. En mars, il a tiré des missiles balistiques sur ce qui serait un  » centre stratégique  » israélien dans la région du Kurdistan irakien.

Le Mossad a révélé que le scientifique était une cible « depuis de nombreuses années » et a ajouté qu’il était préoccupé par son programme secret de fabrication d’une ogive nucléaire.

Il y a quelques jours, l’Iran a déclaré qu’il allait poursuivre trois personnes ayant des liens présumés avec le Mossad, qu’il a accusées de planifier l’assassinat de scientifiques nucléaires iraniens. L’Iran a également fait état d’un certain nombre de morts mystérieuses à l’intérieur du pays, dont deux responsables de l’aérospatiale « martyrisés au cours d’une mission », ainsi qu’un ingénieur du ministère de la défense « martyrisé pour sabotage industriel ». Richard Goldberg, qui a occupé le poste de directeur du Conseil de sécurité nationale de la Maison Blanche sous la présidence de Trump, a déclaré que Mohsen Fakhrizadeh n’aurait pas pu être tué sans une violation massive de la sécurité à l’intérieur de l’Iran. « On pourrait supposer que pour pénétrer dans une installation nucléaire hautement gardée ou pour avoir accès au personnel clé, il faut avoir des complicités au sein du régime », dit-il.

Les milices soutenues par l’Iran ont également été accusées d’avoir tiré des roquettes et des drones sur des bases irakiennes abritant des troupes américaines, ainsi que d’avoir mené des attentats à la bombe contre des convois de ravitaillement. Israël a récemment demandé à ses citoyens à Istanbul de quitter la ville et aux autres de ne pas se rendre en Turquie, affirmant qu’ils étaient confrontés à un « danger réel et immédiat » de la part d’agents iraniens cherchant à nuire aux Israéliens.

Naftali Bennett avait déclaré que son pays mettait en œuvre ce qu’il appelle « la doctrine de la pieuvre », qui consiste à intensifier les opérations secrètes sur les programmes nucléaires, de missiles et de drones de l’Iran sur le sol iranien, plutôt que de cibler des mandataires régionaux dans des pays tiers.

Mohammad Marandi, professeur à l’université de Téhéran, a répondu : « tuer des civils innocents sous la protection politique de l’Occident n’est pas nouveau pour le régime israélien, mais les Israéliens exagèrent leurs capacités à des fins politiques en prétendant que les accidents et les décès ordinaires sont également de leur fait ». Le chef de la branche des Gardiens de la révolution chargée des opérations à l’étranger, le général Esmail Qaani, explique que l’Iran continuerait à soutenir tout mouvement anti-américain ou anti-israélien, où que ce soit. Les relations entre les États-Unis et l’Iran se sont également détériorées depuis que Washington a tué le prédécesseur de Qaani, Qasem Soleimani, dans une attaque de drone dans la capitale irakienne en janvier 2020.

Toutefois, un ancien fonctionnaire iranien a déclaré qu’ils ne pensaient pas que les accords dureraient aussi longtemps, les décrivant plutôt comme une « histoire d’amour temporaire ».  Les États-Unis ne voyaient pas la guerre de l’ombre entre l’Iran et Israël s’intensifier, du moins pas de manière inquiétante. Mais le monde attend un grand moment où nous nous réveillerons et entendrons parler de frappes aériennes israéliennes.  Les Israéliens semblent normaliser tranquillement la guerre de l’ombre, qui pourrait facilement se transformer en une attaque directe contre des installations nucléaires, sans que le monde ne dise : « il y a une attaque militaire, nous devons l’arrêter. »

La suite de l’article se trouve dans le prochain numéro d’Israël Magazine

Découvrez un exemplaire du magazine gratuitement et cliquez ensuite sur le rebord droit

https://online.fliphtml5.com/rjspi/ypmm/#p=1

Votre magazine est livré chez vous en toute confidentialité
S’abonner au magazine par téléphone ou par whats app 00972 (0) 54 254 45 20 ou au 01 86 98 27 27

Par email  Andredarmon21@gmail.com  pay pal

Ou directement sur le site

https://israelmagazine.co.il/sabonner-au-magazine/

Ou encore S’abonner au magazine livré chez vous en toute confidentialité. Remplir le formulaire

https://docs.google.com/forms/d/e/1FAIpQLSfPYJfb8KjEya-X17w0DGPAuBlCGvqVUdh_Is8EL810Lxw82A/viewform?entry.1189475001=Recipient_Email