Israël : La Flambée des prix en Israël aura-t-elle une fin ?

par Sarah Cohen

Judée-Samarie

Flambée. Ces derniers mois, dans les allées des enseignes israéliennes, les prix affichés changent régulièrement… Ils vont en augmentant, à l’image des célèbres paquets de pâtes de la marque Osem autrefois vendus 5,90 shekels (1,61 euro) contre 6,90 shekels (1,88 euro) aujourd’hui. Au cours du mois de mars 2022, le coût des biens de consommation a augmenté de 0,6 %, selon les données publiées le 15 avril dernier par le Bureau central des statistiques. Depuis le début de l’année 2022, une hausse de 1,5 % a été observée. Elle concerne toutes sortes de produits tels que les vêtements (+4,6 %), les loisirs (+2,1 %) et les transports (+1,6 % selon le Bureau central des statistiques). L’immobilier n’y échappe pas. Les prix des appartements ont augmenté de 1,8 % entre janvier et février 2022, portant à 15,2 % la hausse observée ces 12 derniers mois par rapport à la période précédente.

Les consommateurs restent impuissants… et les victimes se multiplient.

Une évolution qui pourrait se poursuivre… En janvier dernier, certains des principaux fournisseurs de produits alimentaires ont annoncé vouloir augmenter leurs prix après la Pâque juive. Mais pour le moment, aucune évolution en ce sens n’a été confirmée. Peut-être suivront-elles l’exemple de la société Osem qui a annoncé y renoncer.  En attendant, les consommateurs restent impuissants… et les victimes se multiplient.

« Depuis le début de l’épidémie du Covid-19, le nombre de demandes de renseignements a augmenté de 30 %. La flambée des prix en est l’une des causes », nous explique Tamir Haas, porte-parole de Hasdei Naomi. Malgré ses 20 000 bénévoles, cette association, l’une des plus importantes d’Israël, peine à répondre aux demandes des plus démunis qui viennent la voir. « Nous voyons défiler toutes sortes de profils… Des personnes âgées, des familles monoparentales, des étudiants, des entrepreneurs qui ont fait faillite … Ces dernières années, la pauvreté a augmenté de façon spectaculaire », ajoute Tamir Haas.

Tel-Aviv est devenue trop chère
Dans la rue, même constat… « Il y a plus de SDF qu’avant », constate une habitante de Tel-Aviv venue faire ses courses au Marché Hatikva, avant d’ajouter : « Je fais plus attention à mes dépenses ». « Je pense déménager, Tel-Aviv est devenue trop chère », ajoute Noa, actrice et professeure d’hébreu d’une école de langues de la ville blanche. Âgée d’une trentaine d’années, elle, qui a toujours habité la ville, ne voit pas d’autre solution. « Aussitôt que j’aurais passé le pas de ma porte, quelqu’un aura déjà posé ses valises », ajoute-t-elle, expliquant qu’à Tel-Aviv, plus qu’ailleurs, les locataires se succèdent indéfiniment quel que soit le prix.

Des faits alarmants et pourtant, les protestations sont rares contre cette flambée.

En Israël, la liberté de manifestation est un droit fondamental. Toute personne a le droit d’organiser ou de participer à une manifestation. Pourtant, même si beaucoup souffrent de cette flambée des prix, très peu sortent dans les rues s’en plaindre… La majorité se contente de se lamenter sur les réseaux sociaux. La manifestation organisée place Habima à Tel-Aviv le 16 février dernier est l’une des seules à avoir fédéré.  « Les Israéliens n’ont pas la culture de manifestation et n’ont pas été éduqués à surveiller les prix et les dépenses », nous expliquait Amir, un manifestant d’une vingtaine d’années croisé ce soir-là. « La hausse des prix a été facilitée par l’épidémie… Les regards étaient tournés vers elle », ajoutait l’une des amies. Pourtant, manifester pourrait porter ses fruits. En 2011, une manifestation de consommateurs avait fait chuter et geler les prix du fromage cottage pendant plusieurs années. « Il est temps que les consommateurs votent avec leur portefeuille et punissent les importateurs. Le public devrait boycotter les marques chères et ne pas se contenter de pleurer sur les réseaux sociaux », a déclaré Linor Deutsch, directeur de Lobby 99, le lobby public.

La suite de l’article se trouve dans le prochain numéro d’Israël Magazine

Découvrez un exemplaire du magazine gratuitement et cliquez ensuite sur le rebord droit

https://online.fliphtml5.com/rjspi/ypmm/#p=1

Votre magazine est livré chez vous en toute confidentialité
S’abonner au magazine par téléphone ou par whats app 00972 (0) 54 254 45 20 ou au 01 86 98 27 27

Par email  Andredarmon21@gmail.com  pay pal

Ou directement sur le site

https://israelmagazine.co.il/sabonner-au-magazine/

Ou encore S’abonner au magazine livré chez vous en toute confidentialité. Remplir le formulaire

https://docs.google.com/forms/d/e/1FAIpQLSfPYJfb8KjEya-X17w0DGPAuBlCGvqVUdh_Is8EL810Lxw82A/viewform?entry.1189475001=Recipient_Email