par  Guy Millière

 

31 août 2020. Le premier vol de la compagnie israélienne El Al s’envole de l’aéroport Ben Gourion en Israël en direction de l’aéroport d’Abou Dhabi, où il atterrira cent cinquante minutes plus tard. Le vol est passé au-dessus du territoire saoudien. Il a fait un léger détour symbolique pour passer au-dessus du territoire du sultanat d’Oman, et pour montrer que l’espace aérien du sultanat est lui aussi ouvert aux avions de ligne israéliens. D’autres vols suivront. Des avions de ligne des Emirats suivront la même trajectoire et atterriront en Israël.

Binyamin Netanyahou parlera au téléphone

Pendant le vol, Binyamin Netanyahou parlera au téléphone avec le pilote, tout en suivant du doigt sur une carte la trajectoire de l’avion. Le vol est l’une des concrétisations de l’accord rendu public dix-huit jours plus tôt, le 13 août, annonçant un accord de paix entre Israël et les Emirats Arabes Unis. Cet accord n’est pas simplement le troisième accord de paix entre Israël et un pays arabe. C’est le premier accord de “paix chaude” entre Israël et un pays arabe: les accords avec l’Egypte et avec la Jordanie peuvent être qualifiés d’accord de “paix froide”, car ils ont institué une relation de non belligérance entre Israël et les deux pays concernés, et ont conduit à une coopération en matière  de renseignement militaire, mais les relations entre Israël, l’Egypte et la Jordanie ne sont, en dehors de cela, pas des relations normales de pays à pays. L’accord Israël-Emirats Arabes Unis est aussi le premier accord qui ne repose sur aucune concession exigée d’Israël en faveur des “Palestiniens”: le rattachement de trente pour cent de la Judée-Samarie et de la vallée du Jourdain, prévu pour juillet 2020, a été suspendu, comme l’ont dit Binyamin Netanyahou et Jared Kushner, le principal négociateur de l’accord pour l’administration Trump, mais n’a pas fait l’objet d’un renoncement de la part d’Israël, et si le prince Mohammed Ben Zayed, qui dirige les émirats, a dit le contraire et a parlé de renoncement au rattachement, chacun sait que c’est parce que le prince ben Zayed veut dire qu’il a obtenu quelque chose. Les dirigeants “palestiniens” ne s’y sont pas trompés: ils ont vociféré, discernant qu’une page est en train de se tourner, et une page pourrait bien être effectivement tournée très bientôt, la page de la “cause palestinienne”.

La suite de l’article se trouve dans le prochain numéro d’Israël Magazine

Découvrez un exemplaire du magazine gratuitement et cliquez ensuite sur le rebord droit du mag

https://fr.calameo.com/read/001096500c7f11636332

S’abonner au magazine par téléphone ou

par whats app 00972 (0) 54 254 45 20 ou au 01 86 98 27 27

Par email  Andredarmon78@gmail.com       https://fr.calameo.com/read/001096500c7f11636332

Ou directement sur le site www.israelmagazine.co.il

Ou encore S’abonner au magazine livre chez vous en toute confidentialité. Remplir le formulaire

https://docs.google.com/forms/d/e/1FAIpQLSfPYJfb8KjEya-X17w0DGPAuBlCGvqVUdh_Is8EL810Lxw82A/viewform?entry.1189475001=Recipient_Email