L’aéroport militaire syrien de Mazzé, près de Damas, était en feu la nuit dernière. Le régime de Bachar el-Assad accuse l’Etat hébreu.

Plusieurs fortes explosions ont touché l’aéroport militaire  selon la télévision publique syrienne. L’armée a accusé Israël de l’attaque et a mis en garde Tel-Aviv contre les conséquences de ce geste. Selon l’armée, plusieurs roquettes ont été tirées d’un secteur situé près du lac de Tibériade dans le nord d’Israël juste après minuit. Les roquettes ont atterri sur le site de l’aéroport.

L’aéroport, situé au sud-ouest de la capitale, est une base aérienne stratégique majeure, utilisée principalement par la garde républicaine syrienne, corps d’élite chargé de protéger la capitale. Elle a servi de base pour bombarder des secteurs qui étaient autrefois tenus par les rebelles dans la banlieue de Damas.  Israël a par le passé visé des positions du Hezbollah chiite libanais à l’intérieur de la Syrie, où ce puissant groupe terroriste soutenu par l’Iran participe massivement aux combats aux côtés de l’armée syrienne. Le 7 décembre, l’agence Sana a affirmé que les environs de cette base avaient été touchés par des missiles sol-sol israéliens, tirés à partir du plateau du Golan israélien. C’était alors la seconde fois en huit jours qu’Israël frappait des positions militaires proches de Damas. Israël, officiellement en état de guerre avec la Syrie, affirme rester à l’écart du conflit qui fait rage chez son voisin.

En avril 2016, le Premier ministre Benjamin Netanyahou avait admis qu’Israël avait attaqué des dizaines de convois d’armes en Syrie destinés au Hezbollah.