Silence de Martin Scorsese par Andre Darmon
Avec Andrew Garfield, Adam Driver, Liam Neeson, Tadanobu Asano. Duree 2 heures 40

J’avais comme beaucoup entendu parler du dernier film de Martin Scorcèse, des critiques dithyrambiques, d’autres moins élogieuses quelquefois, la longueur invraisemblable du film, la question du silence qui a agité modestement mes deux premiers romans, Davidville, le Silence du cœur, et le second, les Silences du ciel. Cela m’avait bien évidemment encouragé aller voir l’œuvre de ce cinéaste pour lequel j’avoue avoir quelque tendresse.

Mais ma démarche avait quelque chose de disons, je l’avoue, suspect et pervers. Je savais que l’histoire racontait les pérégrinations de prêtres jésuites portugais envoyés au Japon en mission de prosélytisme au début du 17 eme siècle quand justement dans leur propre pays rayonnait l’Inquisition. Or que se passe-t-il  dans ce Japon médiéval et décapiteur de têtes. ? Bouddha apparemment n’est pas prêt à laisser sa place aux Croisés et la cruauté sadique que l’on présente  trop facilement comme asiatique, se libère gaiement dans leur volonté de les bouter coûte que coûte hors du Japon. Et beaucoup de jésuites missionnaires finiront sur la même croix qu’ils sont venu faire connaître et adopter aux Japonais.  Leur vraie mission était en fait de retrouver d’autres prêtres jésuites dont on dit qu’ils ont apostasié.

suite dans le prochain Israël Magazine