Guilad Erdan

Les policiers ont été dépêchés massivement dans le village d’Oum al-Hiran pour sécuriser la démolition de plusieurs maisons de bédouins, dépourvues de permis.

Oumm al-Hiran est l’un des villages les plus symboliques du conflit pour la terre entre l’Etat israélien et les dizaines de milliers de Bédouins d’Israël, descendants de langue arabe des nomades du désert, qui vivent pour la plupart dans le Néguev.

Selon le porte-parole de la police, Micky Rosenfeld, un villageois a lancé sa voiture contre les policiers, causant la mort de l’un d’eux et en blessant d’autres. « Les policiers ont riposté » et tué l’assaillant. La police cherche « à savoir si le terroriste a subi l’influence » du groupe jihadiste Etat islamique (EI), a-t-il ajouté.

Une vidéo des faits prise d’hélicoptère et publiée par la police montre la voiture avancer ; on semble distinguer des coups de feu, puis la voiture accélère sur quelques dizaines de mètres,  heurte des policiers et s’immobilise. Selon le ministre de la Sécurité intérieure Gilad Erdan, les policiers, quand la voiture progressait lentement, ont tiré en l’air après avoir ordonné au conducteur de s’arrêter. Le conducteur a alors mis les gaz, a-t-il dit. Des engins ont ensuite démoli les ensembles de construction visés, sous la protection étroite de policiers armés de fusils, tenant à distance les villageois.

 

Oum al-Hiran abrite plusieurs centaines de Bédouins dans de modestes maisons de plain-pied.  Le gouvernement a approuvé en 2013 la construction de deux localités à la place du village, et la Cour suprême israélienne a approuvé l’évacuation d’Oum al-Hiran. Les démolitions de mercredi devraient en appeler d’autres.

Les autorités disent offrir aux habitants des terres pour déménager dans un village voisin, reconnu quant à lui, ainsi qu’une « généreuse » compensation. Une vingtaine de familles ont accepté, disent-elles.  Elles justifient leur politique par les constructions anarchiques, l’absence de titres de propriété et le souci d’améliorer la vie des Bédouins. Les plus ou moins 300.000 Bédouins d’Israël vivent souvent dans une grande pauvreté, sans raccordement aux réseaux d’eau et d’électricité.

« Non seulement ces évènements ne nous dissuaderont pas mais  ils renforceront notre détermination à appliquer la loi partout », aussi bien dans les secteurs juif qu’arabe, a assuré M. Netanyahou. Le policier  assassiné, Erez Lévi, a été enterre hier A Yavne.

 

Les Bédouins appartiennent à la communauté des Arabes israéliens, descendants des Palestiniens restés sur leurs terres à la création d’Israël, qui représentent 17,5% de la population. Les autorités ont procédé la semaine passée à leur plus importante opération de démolition depuis longtemps, abattant onze bâtisses dans la ville arabe de Qalansuwa (nord).