De gauche à droite : Le président palestinien Mahmoud Abbas, l’émir qatari Tamim bin Hamad Al Thani et le chef du Hamas Khaled Mashal. (Photo: AFP / Archives)

La politique au Moyen-Orient est en train de changer car les anciens ennemis sont mis au défi de revoir leurs relations avec l’État juif et de choisir leurs intérêts stratégiques et leur pragmatisme plutôt que la religion et l’idéologie.

Les fuites concernant la visite secrète à Doha par le directeur du Mossad, Yossi Cohen, et le commandant du Commandement sud, le général Herzi Levi, le mois dernier, pour faire pression sur le Qatar pour qu’il continue de financer le Hamas à Gaza ont confirmé un changement spectaculaire dans la nature des relations entre les deux pays. Au cours des dernières décennies, le Qatar a été considéré comme une menace pour Israël et instigateur de l’instabilité dans la région en raison de son soutien aux mouvements djihadistes tels que les Frères musulmans basés en Égypte.

En plus de tisser des liens étroits avec la Turquie, l’État du Golfe a également fourni une aide économique aux dirigeants de Gaza, le Hamas, et négocié une aide financière iranienne au groupe terroriste, le positionnant aux côtés des pires ennemis d’Israël. Mais la politique du Moyen-Orient est en train de changer et les vieux ennemis repensent leurs liens avec Israël.

Après la guerre de Gaza de 2014 et les destructions causées à l’enclave, un effort de réhabilitation massif a dû être mis en œuvre, mais de nombreux pays arabes – y compris l’Égypte et l’Arabie saoudite – ont hésité à aider le Hamas et ont tourné leur attention vers les défis intérieurs. Le gouvernement de Jérusalem, ayant réalisé qu’une crise humanitaire à Gaza constituait une menace pour Israël et pouvait déclencher une nouvelle guerre, a trouvé un allié au Qatar, qui a offert plus d’un milliard de dollars d’aide à l’enclave assiégée.

Les dirigeants qatariens ont vu une opportunité d’assumer un rôle crucial de médiation entre Israël et le Hamas et, en conséquence, ont bénéficié d’un renforcement marqué des liens avec les États-Unis.

Jérusalem, bien que réticente au début, a accepté de coopérer avec le Qatar principalement pour empêcher l’Iran de resserrer son emprise sur les factions de Gaza.

 

doha

L’envoyé spécial du Qatar à Gaza Mohammed al-Emadi, à gauche avec le haut dirigeant du Hamas à Gaza Ismail Haniyeh

Et ce sont les actions de Doha, associées aux efforts de médiation de l’Égypte et de l’envoyé spécial des Nations Unies pour le Moyen-Orient, Nikolay Mladenov, qui ont empêché de nouvelles vagues de violence entre les deux parties. Néanmoins, la route vers de meilleures relations entre Israël et le Qatar est longue.  L’émirat n’a pas changé sa position sur le droit des Palestiniens à un État viable indépendant qui mettrait fin au contrôle israélien de la Cisjordanie, et la probabilité que des relations diplomatiques complètes puissent être instaurées reste discutable.

Mais la géopolitique a mis de côté la religion et l’idéologie, résultant en un partenariat stratégique inattendu entre les deux nations au service d’intérêts pragmatiques. Le Qatar considère désormais la question de Gaza en termes non binaires et admet que la responsabilité des souffrances des Palestiniens incombe à toutes les parties. Israël reste méfiant à l’égard des motivations et du comportement du Qatar, mais trouve toujours le moyen de coopérer avec lui dans le cadre de paramètres définis. Doha a montré un intérêt pour la science et la technologie israéliennes et cela pourrait aussi devenir la base d’une future coopération. La définition des bons et des mauvais acteurs au Moyen-Orient est maintenant en pleine mutation, ce qui ouvre une fenêtre d’opportunité pour Israël.

 

Par Michal Yaari

Expert de l’Arabie saoudite à l’Université Ben Gourion et un membre contributeur du groupe de réflexion Mitvim – institut pour les politiques étrangères régionales

La suite de l’article se trouve dans le prochain numéro d’Israël Magazine

S’abonner au magazine par téléphone ou par whats app 00972 (0) 54 254 45 20 ou au 0186982727   

Par email  Andredarmon78@gmail.com

Ou directement sur le site www.israelmagazine.co.il

Découvrez un exemplaire du magazine gratuitement et cliquez sur le rebord droit du mag

camp-ABO1-1200x628

https://fr.calameo.com/read/0010965002cfce9dee566?authid=IRnvqb59CRHm