Le major Hagi ben Ari était en vacances avec sa femme et ses trois enfants quand la guerre de Tsouk Eytan a éclaté. Il était sur le point d’être nommé commandant des commandos parachutistes. Il est parti immédiatement. Le 21 juillet 2014, une balle qui a traversé son casque le blesse tragiquement. Les médecins ont réussi à stabiliser son état mais depuis il était resté dans le coma. Sur son lit le Commandant de la Division parachutiste est venu le nommer commandant de manière malheureusement symbolique, poste dont Ben Ari avait rêvé. Hier après deux ans et demi de combat, et de silence total avec son entourage, Hagi est mort de ses blessures.