Un tigre blanc dans le zoo de Haïfa se rafraîchit pendant la canicule ( Photo: Municipalité de Haïfa )

Alors que les températures dans le pays atteignent en moyenne 40 ° C, les experts environnementaux avertissent que les émissions de gaz à effet de serre sont à l’origine des conditions météorologiques extrêmes, les effets secondaires des dommages atmosphériques seront graves

Les experts estiment que la vague de chaleur extrême qui frappe Israël, qui pourrait donner à 2020 le titre douteux d ‘ »année la plus chaude de l’histoire », est une conséquence directe du changement climatique. La vague de chaleur actuelle devrait durer jusqu’au week-end, avec des températures moyennes de 40 ° C (105 ° F) dans tout le pays.

« La dernière décennie a été plus chaude que d’habitude et elle se réchauffe chaque année, pendant de plus longues périodes et avec des conditions météorologiques plus extrêmes », a déclaré le professeur Ouri Shanas de la faculté des sciences de l’Université de Haïfa au Collège Oranim. « Les prévisions des scientifiques se réalisent sous nos yeux. Le réchauffement climatique est là, ce n’est plus l’avenir. »

Le professeur Shanas a souligné que la température moyenne était deux fois plus élevée que la moyenne mondiale. Si nous regardons les prévisions futures, tout Israël deviendra un désert d’ici la fin du siècle », a-t-il dit. « Les températures dans la Galilée plus tempérée seront les mêmes que dans le désert du Néguev. »

Le professeur Colin Price du Département de géophysique de l’Université de Tel Aviv indique que les gaz à effet de serre, attribués au réchauffement climatique, sont à l’origine des conditions météorologiques extrêmes.

« Nous assistons à une augmentation spectaculaire des gaz à effet de serre provenant de l’industrie, de la production d’électricité, des centrales électriques, des transports, etc. », a déclaré le professeur Colin Price.

Expliquant pourquoi les gaz à effet de serre affectent également le climat, le professeur Price a déclaré que « ces gaz agissent comme une couverture. Plus il y en a, plus la chaleur est piégée et la Terre se réchauffe en conséquence, sans pouvoir libérer cette chaleur ». L’un des effets secondaires est que les océans se réchauffent et provoquent plus d’évaporation de l’eau et des plantes dans l’atmosphère », a-t-il déclaré. « Cette condensation est à l’origine de violentes tempêtes. Plus il y a d’humidité, plus les tempêtes deviennent violentes, importantes et fréquentes. »

Il a souligné que dans les régions où il n’y a pas assez d’évaporation pour créer de la pluie, le résultat final est que le sol et les plantes deviennent de plus en plus secs, conduisant finalement à des sécheresses massives.

« La plupart des scientifiques du monde entier conviennent déjà que le réchauffement climatique est causé par les gaz à effet de serre », a déclaré le professeur Shanas. « Chaque année montre une montée abrupte de ces gaz dans l’atmosphère, tous provenant de nous, humains. Il n’y a aucune raison de croire que cette remontée est causée naturellement. »

Malgré les sombres prédictions, il peut y avoir de l’espoir pour le changement. Un exemple est « This is My Earth », une organisation écologiste fondée en 2015 par le professeur Shanas.

L’objectif du groupe est d’acquérir des terres à travers le monde, avec l’aide de bénévoles et de donateurs, et de les transformer en réserves naturelles protégées.

Ces réserves ne sont pas destinées à protéger la faune, mais à aider à arrêter le réchauffement climatique en réduisant les émissions de gaz à effet de serre atteignant l’atmosphère par la déforestation ou l’industrie.

La suite de l’article se trouve dans le prochain numéro d’Israël Magazine

S’abonner au magazine par téléphone ou par whats app 00972 (0) 54 254 45 20 ou au 0186982727   

Par email  Andredarmon78@gmail.com

Ou directement sur le site www.israelmagazine.co.il

Découvrez un exemplaire du magazine gratuitement et cliquez sur le rebord droit du mag

camp-ABO1-1200x628

https://fr.calameo.com/read/0010965002cfce9dee566?authid=IRnvqb59CRHm