Cannabis

Gilad Erdan, le ministre de la Sécurité publique : ‘Israël se dirige vers une dépénalisation partielle de la consommation de cannabis, avec l’adoption d’une nouvelle politique privilégiant les amendes et l’éducation. Cela signifie que nous nous dirigerions vers des amendes  et que les poursuites pénales ne seraient utilisées qu’en dernier ressort ».  Le groupe consulté par le ministre a également recommandé de donner une amende de 1.000 shekels (250 euros) à une personne prise en possession de cannabis pour la première fois, sans que cela soit notifié dans le casier judiciaire. La ministre de la Justice, Ayelet Shaked, de Bayit Hayeoudi, a déjà indiqué qu’elle soutenait la dépénalisation. Israel permet et encourage depuis plus de dix ans le cannabis thérapeutique pour les patients atteints de cancer, d’épilepsie, de stress post-traumatique ou de maladies dégénératives. 25 000 patients traitent déjà leurs maux avec du cannabis ou ses dérivés.
Ce n’est qu’à la quatrième récidive constatée par la police que le consommateur verrait l’infraction inscrite dans son casier judiciaire, à la condition qu’il se soit drogué en public. La proposition doit être approuvée par le cabinet du Premier ministre israélien Benjamin Netanyahou,  car son application doit être coordonnée avec d’autres ministères, a déclaré M. Erdan.  Par ailleurs, le ministre de l’Agriculture Ouri Ariel et le ministre de la Santé Yaakov Litzman ont décidé d’octroyer 2,1 millions de dollars à la recherche sur le cannabis.