fbpx

La France sans les Juifs, n’est plus la France”

Cristal

La France sans les Juifs de France, n’est plus la France”.

par   Isaac Franco

 

France

On aimerait se laisser encore bercer par ces incantations qui participent à la fois du commandement et de la prière. Mais force est de constater que le charme de ces paroles magiques, prononcées la première fois le 10 janvier 2015 par le Premier ministre Manuel Valls au lendemain de la prise d’otages meurtrière de l’hyper casher, s’est évanoui avec la recrudescence alarmante de l’antisémitisme, et que la France, avec ou sans les Juifs de France n’est déjà plus la France…

Un bond des actes et menaces antisémites en France de 74% en 2018 par rapport à l’année précédente, s’inquiète Edouard Philippe. Et comme pour illustrer cette dérive, il y a eu dans une rapide succession l’arbre planté en mémoire d’Ilan Halimi scié à la base le jour du 13ème anniversaire de son assassinat par Youssouf Fofana et son gang des barbares, la vitrine d’un commerce de l’Ile Saint-Louis balafrée d’un “Juden” de sinistre mémoire, des croix gammées tracées sur les portraits de Simone Veil peints sur les murs de la mairie du 13ème arrondissement, et les insultes antisémites et antisionistes publiques lancées hier au philosophe Alain Finkielkraut par une meute d’enragés portant gilets jaunes.  Un enchaînement suffisamment grave pour qu’une manifestation contre l’antisémitisme soit organisée demain mardi à Paris par tous les partis politiques excluant pour l’occasion les représentants du RN et de la FI ridiculement sommés de ne pas s’y montrer. Gageons que les orateurs qui se succéderont à la tribune dénonceront “le ventre encore fécond de la bête” en se gardant toutefois de dire de quelle bête il s’agit surtout désormais. Cela rassurera bien un peu, assez en tous cas pour qu’on s’en retourne à ses petites affaires jusqu’aux prochains Ilan Halimi, Sarah Halimi, Mireille Knoll, Ozar Hatorah ou Hyper casher. Et le petit manège des indignations et des vaines condamnations recommencera à nouveau. Alors, des Juifs de plus en plus désabusés et nombreux videront silencieusement l’espace public pour des cieux plus tranquilles parce qu’ils auront enfin compris que, plus consciemment qu’inconsciemment, moins sottement que cyniquement, tout le petit monde politique et ses relais médiatiques et académiques qui, comme toute la journée d’hier encore, s’enivrent de belles paroles à chaque prurit antisémite, sont en grande partie responsables du mal qu’ils dénoncent.

Moscou: la sécurité d’Israël, primordiale pour nous

C’est qu’on ne peut pas prétendre lutter contre l’antisémitisme en France comme partout ailleurs en Europe quand on déroule le tapis rouge pour recevoir un lauréat de thèse négationniste à l’université de Moscou qui vénère Amin Al Husseini, père du nationalisme palestinien et complice de l’Allemagne nazie, à qui il emprunte tous les jours la propagande antisémite la plus crasse pour inciter au meurtre de Juifs et récompenser financièrement leurs assassins avec l’argent de ses propres contribuables.

Et l’indécence le dispute à l’ignominie quand les parlementaires européens réservent une standing ovation à ce même antisémite patenté après que, de la tribune de l’enceinte la plus symbolique du projet politique né des cendres d’Auschwitz, il ait accusé Israël d’empoisonner les puits des villages palestiniens.

C’est qu’on ne peut pas prétendre lutter contre l’antisémitisme quand on ne recule devant rien, pas même de saborder son alliance historique avec les EU qui ont sauvé l’Europe de deux totalitarismes, pour préserver de bien misérables intérêts commerciaux avec un Etat voyou qui promet pourtant bruyamment de génocider les citoyens d’une nation avec laquelle il n’a aucun contentieux sinon celui d’oser incarner une insupportable souveraineté juive dans une région dont il s’engage tous les jours à restaurer la pureté islamique.

C’est quel’on patauge dans la trahison et l’infamie quand, en Allemagne, on prétend dénoncer l’antisémitisme tout en envoyant un des plus éminents représentants de son ministère des Affaires étrangères célébrer – oui, célébrer – le 40ème anniversaire de la révolution islamique à l’ambassade d’Iran à Berlin le même jour où, à l’invitation des EU, une soixantaine de pays étaient réunis à Varsovie pour discuter de la menace que font peser les ambitions hégémoniques de l’Iran sur les équilibres fragiles du MO. On frise l’irresponsabilité quand on s’alarme plus de la paille dans l’œil de l’extrême-droite que de la poutre dans celui des organisations prétendument antiracistes et de l’extrême-gauche alliées objectives du fondamentalisme islamiste le plus radical.

C’est enfin qu’on ne peut pas prétendre lutter contre l’antisémitisme quand, en permanence, les médias et le monde académique donnent impunément d’Israël une image si négative et détestable qu’il devient presque compréhensible sinon excusable de s’en prendre à tout Juif qui lui manifeste légitimement affection et solidarité.

 La voilà donc l’Europe schizophrène, lamentablement empêtrée dans l’ambivalence de ses pensées et de ses sentiments, qui prétend combattre l’antisémitisme en même temps qu’elle n’incrimine que frileusement et contrainte la haine antisémite obsessionnelle de ceux qui, dans ses rues, insultent, menacent, blessent et tuent les Juifs au motif qu’ils sont issus de minorités ethniques ou confessionnelles angélisées et sanctifiées.

La voilà cette Europe hypocrite, hémiplégique et malade d’antisionisme devenu la nouvelle religion d’un continent largement sécularisé, qui prétend combattre l’antisémitisme pendant qu’elle multiplie courbettes, salamalecs, sourires complices et baisers obscènes à l’intention de ceux qui, au Proche et Moyen-Orient, incarnent son nouveau visage sans même prendre la peine de le dissimuler.

Ah, ils auraient tort de s’inquiéter les nouveaux Merah, Coulibaly, Fofana ou Traoré, avec les centaines de bombes à retardement bientôt de retour de Syrie, ils ont de beaux jours devant eux! Et les Juifs, de bien sombres, pas assez blancs qu’ils sont pour l’extrême-droite et trop blancs pour l’extrême-gauche… par   Isaac Franco

La suite de l’article se trouve dans le prochain numéro d’Israël Magazine   S’abonner au magazine par téléphone ou par whats app 00972 (0) 54 254 45 20

Par email  Andredarmon78@gmail.com

Découvrez un exemplaire du magazine gratuitement et cliquez sur le rebord droit du mag

https://fr.calameo.com/read/0010965001feb059d1586?authid=wl2BnKg1JDc5

more recommended stories

Réinitialiser le mot de passe
Veuillez entrer votre email. Vous allez recevoir votre nouveau mot de passe par email.