La Dépression chez les jeunes en Israël étude publiée dernièrement indique qu’en Israël, un jeune sur trois souffre de dépression. Effectivement, il semble fréquent de ne pas la déceler à un âge précoce. Alors comment la distinguer chez les adolescents ? A quels signes accorder une attention particulière ? Et quand demander de l’aide? L’âge difficile de l’adolescence est connu et reconnu comme potentiellement explosif pour de nombreux jeunes. C’est en effet à cette étape complexe de mutation que les exigences sociales se posent : études plus sérieuses, prépondérance de l’apparence, identification à un groupe, autonomisation, changements physiologiques qui peuvent engendrer stress et peur de la nouveauté ou de l’inconnu. On attend aussi du jeune plus de responsabilités, d’indépendance, d’aide, etc. Or pour les plus fragiles, l’esprit ne peut pas faire face à toutes ces turbulences et exigences. Par conséquent, ces adolescents risquent la dépression. Leur cerveau peut en montrer les signes des années avant que les symptômes ne se développent.

Du point de vue psychiatrique, les manifestations de la maladie chez les jeunes et les adultes demeurent les mêmes : sentiments subjectifs de tristesse ou de dysphorie, accompagnés d’une baisse d’intérêt pour les activités autrefois plaisantes. Mais le tableau clinique s’avère différent, en particulier en ce qui concerne son contenu et sa puissance. suite Israël Magazine n*193