Autorité palestinienne, Corruption à tous les étages

Tareq Abbas
Tareq Abbas, le fils de Mahmoud Abbas.

Panama, son canal interocéanique, ses chapeaux de paille indémodables, son pavillon de complaisance, son affaire financière de l’entre-deux guerres … tout le monde connait. Mais le nouveau scandale dit des « Panama papers », plus de 11 millions de documents ultraconfidentiels fuités début Avril par un hacker anonyme et non rémunéré (s’autoproclamant ‘lanceur d’alerte’ et connu seulement sous le pseudonyme de John Doe), pourrait dépasser en retentissement tout ce que l’on a connu jusqu’à présent.

Par Natan Zerbib pour Israël Magazine.

Des milliers d’entreprises incriminées, une poignée de chefs d’Etat (dont Cameron ou Poutine), des ministres actuels ou anciens, des sportifs ou vedettes people, un ensemble de personnalités prises la main dans le sac avec des capitaux personnels escamotés et abrités dans ce paradis fiscal. Dans cette longue liste de fraudeurs, pas un seul responsable israélien, et pourtant le quotidien très à gauche Haaretz a ausculté minutieusement tous les feuillets, mais des dignitaires palestiniens à foison ! Une information politiquement trop incorrecte pour être diffusée largement… Et pourtant les faits sont là. Ce scandale révélé à des milliers de kilomètres de la région, a ramené sous les projecteurs une bien triste vérité : les ‘pauvres’ dirigeants palestiniens, dont la fonction essentielle est de quémander des aides pour leur ‘pauvre’ peuple, remplissent en réalité des comptes secrets et personnels logés à l’abri des regards!

(…)

Dans les filets des journalistes enquêteurs, de gros poissons, surtout du Moyen-Orient : le Cheikh Khalifa ben Zayed Al Nahyane des Émirats arabes unis, le roi Salmane d’Arabie Saoudite, Ahmed al-Mirghani, président du Soudan de 1986 à 1989, l’Émir du Qatar Hamad ben Khalifa Al Thani de 1995 à 2013, ainsi que les anciens Premiers ministres Iyad Allaoui d’Irak (2014-2015), Ali Abou al-Ragheb de Jordanie (2000-2003), Hamad ben Jassem Al Thani du Qatar (2007-2013)… Mais surtout le gratin de l’Autorité palestinienne : Tareq Abbas, le propre fils du président de l’Autorité palestinienne Mahmoud Abbas, Mohammad Mustafa, le plus proche conseiller économique du président Abbas, ex-Vice-Premier ministre palestinien et ministre de l’Economie nationale (2014-2015) après avoir été ministre en charge des Affaires économiques (2013-2014) et ancien cadre supérieur de la Banque mondiale, Tarek Aggad, mem­bres du directoire du fond d’investissement de l’Autorité palestinienne (Palestinian Investment Fund – PIF, qui contrôle essentiellement l’APIC – Arab Palestinian Investment Company Ltd & Holding – la structure financière géante qui elle-même contrôle l’économie palestinienne !) dont il détient… 27%, et déjà cité dans les Wikileaks pour la possession d’un portefeuille d’un milliard de dollars (!), Mohammed Rashid, ancien proche de Yasser Arafat, condamné par le tribunal anticorruption de Ramallah en juin 2012 pour détournement de fonds, Khaled Ossili, maire de la très accueillante ville de Hébron…

La suite dans le N°184 d’Israël Magazine.

ILMAG abo

EMAG abo

OU ACHETER

Pour tout renseignement : darmon7@gmail.com
Tél : 03 562 2500 ou 054 254 45 20
Fax : 03 562 2600
Tél France : 01 83 62 65 20

Réinitialiser le mot de passe
Veuillez entrer votre email. Vous allez recevoir votre nouveau mot de passe par email.