Notice: Undefined index: ga_dash_tracking_type in /home/israelmagh/www/wp-content/plugins/google-analytics-dashboard-for-wp/config.php on line 400
Les Archéologues israéliens: le mystère de l'Arche d'alliance ? - Israel Magazine

Les Archéologues israéliens: le mystère de l’Arche d’alliance ?

l'Arche

Les Archéologues israéliens vont-ils découvrir le mystère de l’Arche d’alliance ?

l'Arche le Prof. Israël Finkelstein

Selon le Prof. Israël Finkelstein détenteur de la chaire d’archéologie des périodes du bronze et du fer en Israël de l’Université de Tel-Aviv, les fouilles menées depuis août 2017 sur le site de Kiryat Ye’arim en collaboration avec les Prof. Thomas Römer et Christophe Nicolle du Collège de France pourrait enfin apporter un nouvel éclairage sur le récit biblique de l’Arche d’alliance, symbole terrestre de la présence divine, qui a accompagné les Hébreux vers la Terre promise. Des recherches qui ont fait l’objet d’un dossier spécial dans le magazine Sciences et Avenir de janvier 2019.

“On fera une arche en bois d’acacia, ayant deux coudées et demi de long, une coudée et demi de large, une coudée et demie de hauteur. Tu la revêtiras d’or pur, intérieurement et extérieurement […] Tu déposeras dans l’arche le Statut que je te donnerai…”, lit-on dans le Livre de l’Exode (25: 10-16). L’arche sera portée par les Lévites de la sortie d’Egypte à l’entrée des enfants d’Israël dans le pays de Canaan et les précèdera avant la prise de Jéricho. Dérobée par les Philistins, elle sera restituée aux Israélites à Kiryath Yearim. C’est là que le roi David viendra la chercher pour la transporter à Jérusalem (Premier Livre de Samuel 7:1; I Chron. 13, 5-8). Placée dans le Saint des Saints par le roi Salomon, elle a disparu après la destruction du Temple de Jérusalem par les Babyloniens au 6e siècle avant notre ère.

Selon le Prof. Finkelstein, la ville moderne de Kiryat Yearim, située à un point culminant des collines de Judée, à 13km au nord-ouest de Jérusalem, se trouve à l’endroit même où l’Arche d’alliance a été entreposée pendant une période de vingt ans avant d’être conduite à Jérusalem. D’après lui, plusieurs facteurs identifient le lieu au site biblique, situé à la limite entre les deux anciens royaumes, le royaume d’Israël au nord et celui de Juda au sud: “il correspond à la représentation détaillée faite par Josué de la frontière entre les tribus de Benjamin et de Juda. Il n’y a pas d’autre site qui corresponde à cette description. D’après l’historien byzantin Eusebius, Kiryath Yearim se trouvait à neuf ou dix milles [1] à l’ouest de Jérusalem, ce qui est le cas de ce site. De plus, le nom de la colline en arabe, Deir el-Azar, reprend celui de l’ancien monastère byzantin érigé sur le lieu, le monastère d’Elazar. Selon le livre de Samuel, Elazar était le prêtre responsable de l’Arche [2]”.

la communauté juive de Toulouse.

Le dernier sanctuaire avant Jérusalem ?

Les chercheurs ont pu identifier clairement différentes phases d’occupation du promontoire. Sous l’actuelle église catholique Notre-Dame de l’Arche d’Alliance construite en 1924 sur les ruines du monastère byzantin des 4e et 5e siècles, détruit lors de la conquête de Jérusalem par les Perses sassanides en 614, on retrouve des preuves de l’occupation de la colline aux périodes romaine (le site pourrait avoir un lien avec la Legio X Fretensis qui aurait pris part à la destruction du Temple de Jérusalem en 70), helléniste, et surtout à celle de l’âge du fer (1200 à 1000 av. J.-C., période des Juges et du début de la royauté).

Les archéologues ont entre autre mis à jour les vestiges d’un sanctuaire colossal de cette période: des restes de murs massifs en pierre de trois mètres d’épaisseur, qui soutenaient une sorte de podium rectangulaire. Selon le Prof. Finkelstein, ces murs auraient été construits entre 900 et 700 avant notre ère, alors que se côtoyaient les Royaumes d’Israël au nord et de Juda au sud.

Kiryath Yearim était une ville de montagne typique, située au sommet d’une colline aux pentes relativement abruptes. La plate-forme surélevée que nous avons mise au jour indique probablement l’emplacement d’un temple”. Cependant, d’après le Prof. Finkelstein, le petit royaume de Juda de l’époque était trop faible pour avoir construit cette imposante plate-forme. Selon lui, il pourrait s’agir d’un ouvrage réalisé par le Royaume d’Israël avant sa destruction par les Assyriens : “Aucune construction monumentale de ce type n’est attestée dans le royaume de Juda de l’époque; par contre, des plateformes comparables étaient déjà bien connues dans le royaume d’Israël, et ont été retrouvées du côté de Samarie et de Megiddo”. Le Prof. Römer précise quant à lui qu’il pourrait s’agir d’un sanctuaire construit par des rois d’Israël tels que Joas ou Jéroboam II, identique à celui qu’ils possédaient à Béthel en Samarie. Ce serait dans ce sanctuaire que l’Arche aurait été entreposée avant de prendre sa route vers le temple de Jérusalem.

“Nous ne recherchons pas vraiment l’Arche d’alliance”, explique le Prof. Finkelstein. “Nous essayons de comprendre le récit biblique: qui l’a composé, quand et pourquoi”. Selon les chercheurs, ce récit est à replacer dans le cadre des luttes de pouvoir et des aspirations territoriales des deux royaumes dans la première moitié du 8e siècle BC. “Nous espérons obtenir des réponses à nos interrogations lors de la prochaine saison de fouilles qui se déroulera en août 2019”, conclut le Prof. Finkelstein.

La suite de l’article se trouve dans le prochain numéro d’Israël Magazine

S’abonner au magazine par téléphone ou par whats app 00972 (0) 54 254 45 20

Par email  Andredarmon78@gmail.com

Découvrez un exemplaire du magazine gratuitement et cliquez sur le rebord droit du mag

https://fr.calameo.com/read/0010965001feb059d1586?authid=wl2BnKg1JDc5

 

 

more recommended stories

Réinitialiser le mot de passe
Veuillez entrer votre email. Vous allez recevoir votre nouveau mot de passe par email.