‘La police israélienne : les informations publiées contenaient de nombreuses « approximations » et « spéculations».’

Alors que toutes les enquêtes menées depuis plusieurs mois contre lui et son épouse se sont révélées vides, Benyamin Netanyahou va être interrogé par la police « dans les jours qui viennent », le procureur général ayant donné son feu vert à une enquête pénale contre le premier ministre. L’enquête pénale porterait sur deux chefs d’accusations relatifs à d’éventuels pots de vins et des activités financières frauduleuses. Ces révélations interviennent alors que deux députés de l’opposition ont saisi ces dernières semaines la Cour suprême pour demander pourquoi le procureur général Avi’hai Mandelblit n’avait pas encore ordonné une enquête sur le premier ministre malgré ce qu’ils qualifiaient de « preuves écrasantes ».
En novembre, le procureur général d’Israël avait ordonné une enquête de la police sur des allégations suggérant une conduite irrégulière de la part d’un proche de Netanyahou dans l’achat de trois sous-marins allemands par l’Etat hébreu.
Le premier ministre a par ailleurs reconnu avoir reçu de l’argent du magnat français Arnaud Mimran qui a écopé en juillet d’une peine de 8 ans de prison pour une escroquerie à la taxe carbone de 283 millions d’euros. En mai, un rapport critique du contrôleur de l’Etat se penchait sur les voyages en avion de M. Netanyahou et de sa famille lorsqu’il était ministre des Finances de 2003 à 2005, pointant du doigt de possibles conflits d’intérêt. Dans l’entourage de Benyamin Netanyahou, on réagit : « Il n’y aura rien car il n’y a rien ». Le premier ministre israélien, Benyamin Netanyahou, a démenti aujourd’hui avoir enfreint la loi et affirme que les allégations en ce sens rapportées par la presse se révéleront être pure fiction.