Le Nord Priorite Israël CAP AU NORD !

Dans la psyché politique israélienne, le développement des zones périphériques, c’est-à-dire au Sud, la région du Néguev, et au Nord, la septentrionale Galilée, est un authentique ‘marronnier’. On en parle depuis toujours, mais concrètement peu d’évolutions ! Un portefeuille ministériel de bout de gouvernement, pour satisfaire un égo ou l’équilibre d’une coalition, des planificateurs sans volonté réelle et surtout sans véritable budget, un anachronisme avéré à une époque de recherche de rentabilité immédiate

 

Bref, beaucoup de promesses volontaristes, quelques réalisations ponctuelles sur le terrain, et de beaux discours sur une  nécessité sioniste, avant un renvoi systématique aux calandres grecques. Mais ce 25 Décembre, lorsque le premier ministre en personne entouré des principaux membres de son administration, a convoqué la presse pour présenter un Plan économique doté de la somme phénoménale de 15 milliards de shekels, les observateurs ont alors compris qu’il se passait quelque chose de nouveau : le projet était pour une fois global et chiffré (!), avec une prise en charge de tous les impératifs : création des infrastructures logistiques, construction d’un parc conséquent de logements et investissements pour développer un bassin d’emploi. Alors est-ce qu’enfin la région Nord va rejoindre le giron national, et connaître un dynamisme pérenne tant mérité ? Quels enjeux pour l’avenir  d’Israël et quelles opportunités pour les investisseurs ? Décryptage.

Cette bande de territoire qui va de la Méditerranée au Jourdain, et de la frontière du Liban à la vallée de Jezréel compte pour 4640 km2 soit 21℅ du territoire national et seulement 15 ℅ de sa population. Des habitants répartis en 75 villes, villages, kibboutzim et agglomération agricoles. Surtout, c’est la région la plus dynamique démographiquement, avec un bond de plus de 6 ℅ par an ! Pourtant c’est la plus délaissée socialement, les salaires les plus bas, le chômage important et la paupérisation endémique. Un décrochage sociétal devenu inacceptable pour les autorités israéliennes. suite dans le prochain numéro d’Israël Magazine