fbpx

Le vrai passé juif des Bedouins de Petra

Petra

Le Passé juif de Petra

Petra

Peut-on parler de passé juif de Petra ? Comme je l’ai exprimé dans différents forums, je préfère utiliser le terme de passage juif de Petra. En effets plusieurs étapes de la visite de la ville dégagent encore le souvenir d’un passage historique qui bouleversera le monde, je parle bien sûr de la sortie d’Egypte.

 

La route qui mène à la ville rose serpente le long du Wadi Moussa qui se traduit en hébreu par nahal Moshe. Le prophète Moshe, car c’est bien de lui dont il s’agit est de nouveau sollicité pour designer la source à l’entrée de Pétra, Ein Moussa, la source de Moshé. La tradition locale nous explique avec force détails qu’ici même le libérateur d’Israël frappa à deux reprises le rocher pour étancher la soif de son peuple et éteindre par la même occasion le feu de la révolte.  C’est du Mont Nebo, un peu plus au nord, que la tradition situe l’épisode biblique où Moïse découvrit la Terre promise qui lui sera interdite. Depuis Indiana Jones ;

Petra sera représentée par le merveilleux bâtiment taille dans la falaise rose celui que les arabes désignent par Khazneh, le trésor.

Emirats arabes unis : Normalisation avec Israël

Notre guide nous explique qu’en sortant d’Egypte les enfants d’Israël dépouillèrent leurs oppresseurs et amassèrent ainsi un formidable trésor qu’ils auraient déposé quelque part de ce majestueux bâtiment. Des années durant les Bédouins pointeront leurs fusils vers le célèbre bâtiment pour y diriger leurs tirs espérant de la sorte découvrir l’emplacement exact du butin.

Mais nous ne venons pas à Petra uniquement pour grossir le flux de touristes sur les traces d’Indiana Jones. Nos regards se dirigent vers un point blanc au sommet de cette montagne que les Arabes désignent par djebel Haroun, la montagne d’Aaron. La montée est périlleuse et il faut mobiliser toutes nos forces physiques et mentales pour ne pas se décourager et rebrousser chemin. Le point blanc s’avère être une coupole qui surplombe une petite construction de pierre. Une porte de bois à franchir et nous voici maintenant à l’intérieur d’une petite mosquée conçue pour abriter le cénotaphe, la pierre tombale du grand prêtre Aaron. Cette pierre funéraire a été « décorée » d’une étrange manière. Une grande plaque de marbre avec aux quatre coins un petit monticule en forme de pointes arrondies.  Et tout d’un coup tout s’éclaire, l’artiste ayant voulu nous rappeler la qualité de grand prêtre ou si vous préférez ‘de sacrificateur d’Aaron ; et ces extrémités

 

La suite de l’article se trouve dans le prochain numéro d’Israël Magazine

S’abonner au magazine par téléphone ou par whats app 00972 (0) 54 254 45 20

Par email  Andredarmon78@gmail.com

Ou directement sur le site

Découvrez un exemplaire du magazine gratuitement et cliquez sur le rebord droit du mag

https://fr.calameo.com/read/0010965008faa8cac8dc1?authid=H07rFezd5v8e

 

more recommended stories

Israelmagazine tous droits réservés Powered by Awebdesign4u.com
Réinitialiser le mot de passe
Veuillez entrer votre email. Vous allez recevoir votre nouveau mot de passe par email.