Uber interdit par la justice en Israël

la guerre des taxis

UBER

la guerre des taxisUBER

Uber. Un tribunal de Tel-Aviv a interdit, à partir de mercredi, la circulation des véhicules de covoiturage utilisant l’application Uber. Ce jugement fait suite à une plainte du syndicat des chauffeurs de taxi et de GetTaxi, compagnie de taxi utilisant une application sur téléphone mobile.

La justice israélienne a donc interdit le service de covoiturage du groupe américain Uber, récemment lancé dans le pays via une application, en raison de problèmes liés à l’assurance des passagers. « Ils font travailler des taxis privés en contravention de la loi, ils mettent en danger les passagers parce qu’ils n’ont pas d’assurance, ils prennent des chauffeurs qui n’ont pas eu de formation et n’ont pas été habilités par les autorités. Et tout le monde sait qu’ils font cela pour de l’argent, quoi qu’ils en disent », assure le président du syndicat des chauffeurs de taxi, Yehouda Bar On.

Uber Israel a lancé début novembre le service de covoiturage UberDAY dans l’agglomération de Tel-Aviv et opérait déjà un service UberNIGHT, soumis à de nombreuses restrictions, dans la même zone depuis octobre 2016, selon les médias.

Un autre service, UberTAXI, lancé en 2014 et permettant à des conducteurs de taxi d’utiliser l’application Uber pour trouver de nouveaux clients, n’est pas concerné par la décision du juge de Tel-Aviv, a précisé Uber. « Nous mettons fin à nos pilotes UberNIGHT et UberDAY, mais nous continuons à proposer UberTAXI en Israël », a indiqué une porte-parole de la société. « Nous sommes résolus à coopérer avec les autorités israéliennes pour explorer les moyens d’améliorer la vie dans nos villes grâce à la technologie et à des solutions alternatives sûres et abordables », a-t-elle assuré. Par ailleurs, le PDG d’Uber a révélé mardi que les données de 57 millions d’utilisateurs à travers le monde, dont celles de 600 000 chauffeurs, ont été piratées fin 2016, affirmant ne l’avoir appris que « récemment ». Les noms des utilisateurs ainsi que leurs adresses électroniques et numéros de téléphone mobile ont été subtilisés, a indiqué Dara Khosrowshahi, dans un communiqué. Les noms et numéros de permis de conduire des chauffeurs Uber ont en outre été piratés.  Sur la base d’expertises externes, le patron de l’entreprise de VTC a affirmé que l’historique des trajets, les numéros de cartes et de comptes bancaires, les numéros de sécurité sociale et les dates de naissance des utilisateurs n’auraient en revanche pas été piratés.

Emmanuel Macron : un « bon président » pour Israël ?

more recommended stories

Israelmagazine tous droits réservés Powered by Awebdesign4u.com
Réinitialiser le mot de passe
Veuillez entrer votre email. Vous allez recevoir votre nouveau mot de passe par email.