Israël devrait accueillir l’année prochaine le plus grand événement sportif de son histoire, le départ du Tour d’Italie, considéré comme la deuxième épreuve cycliste par étapes après le Tour de France. Cet événement coïnciderait avec le 70e anniversaire de la déclaration d’indépendance de l’Etat d’Israël. Mais les organisateurs italiens pourraient aussi utiliser une symbolique de paix et de religion dans leur parcours, en attribuant l’arrivée finale de la course à Rome et non pas à Milan, comme traditionnellement. La course cycliste, qui pourrait aussi passer par les territoires palestiniens, aiderait l’Etat hébreu à développer son image, notamment touristique.   Avec le Tour d’Italie 2018, Israël devrait s’offrir son second grand événement sportif. Le Tour d’Italie passerait trois jours en Israël, avec un contre-la-montre individuel tracé dans les rues de Jérusalem et un passage à Tel-Aviv, la capitale.  Une étape dans le Néguev, et le franchissement de la frontière palestinienne. Le tracé définitif pourrait être connu le 18 septembre avec la confirmation officielle du départ d’Israël. Les pouvoirs publics israéliens devraient débourser 12 millions d’euros pour accueillir le Tour d’Italie, dont 4 millions de droits d’entrée pour la société organisatrice, RCS. Les frais de sécurité s’annoncent considérables car l’épreuve cycliste, par nature itinérante, est plus difficile à protéger que les dernières grandes manifestations publiques. Le sport cycliste, qui exporte de plus en plus régulièrement ses grandes compétitions et fait face à une forte demande (le Japon et le Qatar souhaitent accueillir des étapes du Tour de France, sans succès pour l’instant), pourrait constituer un axe de promotion politique ou touristique pour Israël. Une autre épreuve doit voir le jour du 9 au 15 mars, le Middle East Peace Tour, «dans le Jourdain, les territoires palestiniens et en Israël»..

more recommended stories

Réinitialiser le mot de passe
Veuillez entrer votre email. Vous allez recevoir votre nouveau mot de passe par email.