Les terroristes palestiniens emprisonnés arrêtent leur grève de la faim

Les terroristes palestiniens emprisonnés arrêtent leur grève de la faim

Le millier de prisonniers palestiniens en grève de la faim pour demander l’amélioration des conditions de détention viennent de cesser leur mouvement après avoir trouvé un accord avec les autorités.

Plus d’un millier de Palestiniens détenus dans les prisons israéliennes s’étaient mis en grève de la faim collective le 17 avril pour protester contre les conditions de détention. Après accord, ils ont décidé, ce samedi, de cesser leur mouvement.

Cette protestation inédite depuis des années avait été lancée par Marwan Barghouthi, leader de la deuxième Intifada (un soulèvement contre Israël), condamné à la perpétuité pour divers meurtres.  Les prisonniers demandaient entre autres des téléphones publics dans les prisons, des droits de visite élargis, la fin des «négligences médicales» et des mises à l’isolement, l’accès à des chaînes télévisées et la climatisation… La semaine dernière, la présidence palestinienne avait appelé le gouvernement israélien à répondre à ces demandes pour «la liberté et la dignité des prisonniers». Jeudi, Mahmoud Abbas avait aussi demandé à l’émissaire américain Jason Greenblat d’assurer une médiation.

Un droit de visite revu

 

L’accord trouvé entre les représentants des prisonniers prévoit notamment un droit de deux visites par mois contre une avant le début de la grève.  Depuis 1967 plus de 850 000 palestiniens ont été emprisonnés pour terrorisme par Israël, selon leurs dirigeants. Actuellement ils sont 6 500 derrière les barreaux

Réinitialiser le mot de passe
Veuillez entrer votre email. Vous allez recevoir votre nouveau mot de passe par email.