fbpx

Tel-Aviv : Une métropole aux couleurs arc-en-ciel

Tel-Aviv photo Andre Darmon

Tel-Aviv : Une métropole aux couleurs arc-en-ciel

Tel-Aviv photo Andre Darmon La capitale économique d’Israël est une ville moderne très fréquentée par les touristes du monde entier. Tel-Aviv attire par son côté fun et free offrant à chacun l’opportunité de jouir pleinement de sa liberté dans les limites du possible. Aujourd’hui, cette métropole aux nombreuses facettes vit et vibre avec la diversité qui la caractérise.

Vendredi soir à Tel-Aviv. La ville si grouillante et si animée a brusquement baissé de tempo. La circulation est fluide dans des rues qui, éclairées par la lumière tamisée du crépuscule, sont plus ou moins désertes. Seuls quelques piétons revenant de la plage trainent sur les trottoirs. Ils hument, en même temps, la brise marine qui berce la ville. C’est le début du shabbat juif qui coïncide avec repos, recueillement et les retrouvailles en famille. Les bus du transport public sont à l’arrêt. Les grandes enseignes ont baissé rideau, les terrasses des restaurants sont désertes. Dans un célèbre hôtel de la place, les membres d’une famille, vêtus en noir et blanc, récitent quelques psaumes de l’Ancien testament avec une grande ferveur, avant de se restaurer. Tel-Aviv plonge brusquement dans une autre ambiance teintée de spiritualité et de recueillement. Même l’aéroport n’est pas épargné, car les compagnies locales sont toutes restées au sol.

Israël et le défi du droit des minorités

Ce brusque changement de décor n’enlève rien au charme de cette ville qui vibre et bourdonne à longueur de journée. Les taxis et autres particuliers circulent toute la nuit. Qu’on soit en bordure de mer ou pas, il est facile de trouver un restaurant où manger en bonne compagnie. Les soirées after-work (ou privées parfois) foisonnent ici aux quatre coins. « Tel-Aviv est une ville qui ne dort jamais. A n’importe quelle heure, vous pouvez vous promener et voir les gens dans la rue », avance Richard Benhamou, guide touristique. La ville est aussi le siège de certaines institutions du gouvernement et la capitale économique où se trouvent la plupart des grandes sociétés, la bourse et les hôtels 5 étoiles. C’est pour cela d’ailleurs que la ville bénéficie d’une grande surveillance. Tel Aviv est réputée être une ville sûre. Dans les grandes institutions et autres lieux très fréquentés, il faut montrer patte blanche pour y accéder. Le passage sur les portiques est obligatoire. Et chacun s’y soumet comme si c’était une règle à respecter à la lettre. La police a l’œil partout et guette en permanence les éventuels dangers. Au point que les habitants semblent même oubliés les attaques sanglantes répétitives qu’il y a avait, par moments, dans les arrêts de bus et autres endroits stratégiques. « Aujourd’hui, nous avons maîtrisé tout cela et partout où il y a quelque chose, la police peut être sur les lieux en moins d’une minute », relève Micky Rosenfeld, le porte-parole de la police israélienne.

 

Sandaga, version israélienne

Avec l’émergence de la classe moyenne et le confort économique dans lequel baignent les Israéliens, Tel-Aviv est aussi une ville commerciale avec pas moins de quatre mall et une multitude d’enseignes de luxe sur les grandes avenues. A côté, il y a aussi le marché très fréquenté de Carmel où viennent s’approvisionner bon nombre d’habitants de Tel-Aviv. Ici, on se croirait à Sandaga, le célèbre marché de Dakar, avec des commerçants qui interpellent les acheteurs au milieu des étals allant des épices aux vêtements en passant par les fruits, la charcuterie et les jouets pour enfants. A la différence de Sandaga, ce marché de la capitale économique d’Israël est confiné dans une ruelle. Il est impossible d’y voir des marchands ambulants ou d’irréguliers.

Une fois sorti de ce lieu de commerce, on aperçoit, à nouveau, les bâtiments ultra-modernes de Tel-Aviv, conçus dans une architecture rare. Les rues, toujours propres et ordonnées, sont décorées d’une verdure artificielle. Cette capitale du monde n’en est pas moins une ville de libertés où se croisent quotidiennement juifs orthodoxes, toujours vêtus de noir et musulmans pratiquants, se rendant à la mosquée le vendredi. Le minaret de la grande mosquée Hassan Bek qui se trouve dans la ville arabe de Jaffa est visible partout dans la ville. Le lieu de culte construit, depuis 1916, continue de résister au temps. Elle fait partie des vestiges de la ville. Car Jaffa existe plusieurs siècles avant Tel-Aviv. Et l’histoire de cette ville renvoie aux tensions qu’il y a toujours eu entre juifs et arabes. Les problèmes entre ces deux communautés auraient d’ailleurs poussé les juifs à s’installer à l’extrémité de la ville, ce qui est aujourd’hui Tel Aviv.

 

Le drapeau arc-en-ciel envahit la ville

Malgré les idées reçues, juifs, musulmans et chrétiens peuvent pratiquer librement leur religion dans cette ville cosmopolite, d’après notre guide. En cette première semaine du mois de juin, des personnes venues du monde entier y sont même allés pour célébrer la gay-pride. A la veille de cet évènement, le drapeau arc-en-ciel a inondé la ville. Des artères sont fermées à cause de la manifestation, mais aucune protestation n’a été notée de la part des populations. « Ici, tu peux faire ce que bon te semble, à la seule condition que ta liberté n’empiète pas sur la mienne. Et quand tout le monde se respecte, on vit en harmonie », explique Richard Benhamou. C’est peut-être cet attachement à la liberté des autres qui attire bien des touristes dans la capitale économique israélienne. Car dans la ville, les tours operators ne chôment guère avec des allers retours incessants entre Tel-Aviv et les autres localités du pays, telles que la Mer morte, Jérusalem, le lac de Tibériade, Jaffa ou encore Césarée. Pas moins de 6000 guides effectuent quotidiennement ce travail. L’année dernière, un record a même été battu en termes de fréquentations avec 3,6 millions de touristes enregistrés dans le pays. « Le tourisme est un secteur important en Israël, mais ce n’est pas le plus déterminant de l’économie du pays », nuance Richard Benhamou. Tout de même, si autant de touristes débarquent quotidiennement ici, c’est parce que Tel Aviv est une ville qui attire du monde. Son charme réside dans les commodités qu’elle offre à tout un chacun pour y passer de bons moments. Mais aussi et surtout, du fait que les libertés des uns et des autres sont respectées. Shabbat oblige, la ville s’est à nouveau recroquevillée sur elle-même en attendant le jour d’après.   Tel Aviv, Maguette NDONG

La suite dans le prochain numéro d’Israël Magazine

s’abonner au magazine 0097200 54 254 45 20

Andredarmon78@gmail.com

Découvrez le magazine gratuitement et cliquez sur le rebord droit du mag

https://fr.calameo.com/read/0010965001feb059d1586?authid=wl2BnKg1JDc5

http://israelmagazine.co.il/sabonner-a-israel-magazine/

more recommended stories

Israelmagazine tous droits réservés Powered by Awebdesign4u.com
Réinitialiser le mot de passe
Veuillez entrer votre email. Vous allez recevoir votre nouveau mot de passe par email.