fbpx

Le rôle-clé des transports publics joué dans la déportation

Siedlce-1942-transport-pour-treblinka-DREn France, aux Pays-Bas, en Belgique et au Luxembourg, trains, bus et tramways ont « pris en charge» des hommes, des femmes et des enfants, dans la première étape de leur voyage sans retour.

Par Lydie Turkfeld pour Israël Magazine.

Durant la Seconde guerre mondiale, 3 millions de Juifs, 220 000 à 250 000 Tziganes et 100 000 malades mentaux, ont péri dans les camps d’extermination nazis. 550 000 déportés « non-raciaux », sont morts dans des camps de concentration.

Pour qu’une telle abomination se produise, il a fallu acheminer les déportés : en Allemagne, la Deutsche Reichsbahn a accompli cette funeste besogne. Et, pour que les déportés rejoignent les frontières du Reich, les sociétés nationales de chemins de fer ont été réquisitionnées ; des compagnies privées « au service du public », ont également mis leurs équipements et leur personnel à disposition. Or, à partir des années 1990 en France, la trame des événements a été réinterrogée. Reconstituer les faits, représente un travail de longue haleine. Surtout lorsqu’on touche à l’intimité d’une famille – la communauté nationale ou ces sociétés de transport, à l’esprit de corps fortement développé. Certains secrets, renvoient aux trous noirs de l’Histoire.

Un « ami du Général » au passé sulfureux

Tout commence par l’enterrement d’un cousin de l’historien Jean-Marie Dubois, co-auteur avec son épouse Malka Marcovitch, également historienne, des Bus de la honte2. L’hommage qui y est rendu, ne concerne pas le défunt mais le grand-père des deux cousins. Un homme exceptionnel, grand militaire, ami du Général de Gaulle : Lucien Nachin. Un « héros » dont les activités durant l’Occupation, ne sont jamais évoquées. Et pour cause.

« Ton grand-père a terminé sa carrière comme directeur à la RATP » – c’est ce que Jean-Marie Dubois a entendu dans sa famille depuis toujours. Après vérifications, il apparaît que Lucien Nachin était chef de service de la Direction du personnel à la STCRP. Créée en 1921, la Société des Transports en Commun de la Région Parisienne transporte près d’un milliard de voyageurs en 1937 et emploie 25 000 agents. Avec la guerre, elle voit ses autobus réquisitionnés, son personnel mobilisé pour l’armée française. La transformation de centaines de voitures est nécessaire pour les alimenter en autres types de carburants ; l’exploitation de son réseau est partielle : en 1941, elle ne transporte plus que 218 millions de personnes…

La suite dans Israël Magazine N° 186…

ILMAG abo

EMAG abo

OU ACHETER

Pour tout renseignement : darmon7@gmail.com
Tél : 03 562 2500 ou 054 254 45 20
Fax : 03 562 2600
Tél de France : 01 83 62 65 20

 

more recommended stories

Réinitialiser le mot de passe
Veuillez entrer votre email. Vous allez recevoir votre nouveau mot de passe par email.