fbpx

 Réfugiés : la lettre compromettante du ‘nouveau Fonds’

Paul Kagame

 Réfugiés : Bibi accuse et trouve la lettre compromettante du nouveau Fonds

Paul Kagame
Fonds
צילום: חיים צח / לע »מ
photo Haim Zach / GPO

Le Keren Hadachah a rejeté cette semaine l’accusation du Premier ministre Netanyahou selon laquelle il aurait envoyé une lettre au gouvernement rwandais pour lui demander de rejeter un accord visant à absorber les migrants illégaux en provenance d’Israël. Nous avons retrouvé la lettre. Le 28 novembre 2017, un site israélien affilié au Keren Hadachah a présenté une lettre envoyée par «sept organisations de défense des droits humains» au président Kagame du Rwanda, à la veille de sa rencontre avec le Premier ministre Netanyahou le 28 novembre lui demandant de rejeter «un accord pour le transfert de milliers de réfugiés africains d’Israël au Rwanda». Le site Web, qui appartient à l’Association pour les droits civils en Israël (ACRI) financée par le NIF, a copié et collé un article qui avait été courir la veille au Rwanda.

Mardi dernier, le Premier ministre Benjamin Netanyahou a blâmé le Fonds pour avoir torpillé l’accord de son gouvernement avec le Rwanda, disant que le Fonds avait persuadé la nation africaine de refuser d’accueillir les migrants africains expulsés d’Israël. Dans un article sur sa page Facebook, Netanyahou a insisté sur le fait que « le Fonds met en danger la sécurité et l’avenir de l’Etat d’Israël en tant qu’État nation du peuple juif ». Fondée en 1979 et basée à New York, la NIF a fourni plus de 300 millions de dollars à plus de 900 organisations israéliennes. Grâce à son mandataire israélien, Shatil, le Fonds crée et soutient des coalitions d’ONG, et travaille à influencer la législation israélienne et organise des ateliers pour les membres du personnel des ONG financées par le FNI.

Fonds

Gaza: face-à-face meurtrier à la frontière

 

Olivier Nduhungirehe, le ministre rwandais des Affaires étrangères, a démenti mercredi les affirmations de Netanyahou au sujet du rôle du Fonds dans la décision de son pays de rejeter l’accord de réinstallation. Il est allé jusqu’à déclarer qu’il n’avait aucune idée de qui était le FNI et que toute l’histoire était «absurde». La réponse des alliés du Fonds en Israël aux accusations du Premier ministre a été rapide et dure: « La tentative de Netanyahou de le blâmer pour la décision du Rwanda de renoncer à un accord prétendu sur l’acceptation des réfugiés – qu’il nie avoir fait en premier lieu – est aussi scandaleux que ridicule », a écrit Chemi Shalev jeudi à Ha’aretz.

Le PDG du NIF, Daniel Sokatch, a déclaré dans un communiqué: « Le Fonds n’a pas fait pression sur le gouvernement rwandais pour qu’il refuse de participer au plan cruel de d’expulsion de Netanyahou. Nous avons soutenu un grand nombre d’Israéliens qui défendaient ce qui est juste et exigeaient des mesures de la part de leur propre gouvernement.  » Ron Kampeas de la JTA a déclaré que les soupçons de Netanyahou expliquaient son volte-face sur l’accord avec les migrants africains, un revirement intervenu après une intense pression sur son flanc droit. Il a cité un tweet de l’ancien ambassadeur Martin Indyk: « C’est lui qui a négocié, signé, annoncé puis renié l’accord sur les demandeurs d’asile. Mais ce n’est pas sa faute. Donc, ça doit être la faute de NIF.  »

Voici le texte intégral de la lettre au président rwandais, telle que vantée par l’ACRI, signée par «sept organisations de défense des droits de l’homme de premier plan», dont plusieurs ONG financées par le FNI. Il a été publié à l’origine par The Rwandan le 27 novembre 2017, sous le titre  » Kagame Ne pas accepter les réfugiés africains qui sont expulsés d’Israël par la force. « 

 

 

Son Excellence Paul Kagame, Président de la République du Rwanda,

« Nous nous tournons vers vous, et vers le peuple du Rwanda, avec une demande urgente.

« Le Rwanda et Israël entretiennent une relation spéciale permanente. Cependant, cette relation ne peut inclure le commerce des vies africaines. « Le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahou dit à la population israélienne que le Rwanda a accepté d’accueillir des réfugiés africains en provenance d’Israël. Le Premier ministre affirme que les réfugiés seront forcés de partir: s’ils n’acceptent pas d’aller au Rwanda, ils seront emprisonnés pour toujours. « Nous croyons en vous, et au peuple du Rwanda, que vous n’accepterez pas ce déni de liberté. Nous espérons et espérons que vous ne serez pas d’accord que les réfugiés africains sont mis en cage et échangés de cette manière. « Nous vous demandons de le préciser au Premier Ministre Netanyahou – le Rwanda ne prendra pas les réfugiés qui ne viennent pas de leur plein gré. « Nous vous exhortons à utiliser votre amitié avec Netanyahou pour le rappeler – Israël est un pays de réfugiés, il devrait ouvrir son cœur à ceux qui ont fui l’Érythrée et le Soudan et leur donner un abri. »

ASSAF-Organisation d’aide aux réfugiés et aux demandeurs d’asile en Israël

 

L’Association pour les droits civils en Israël

Médecins pour les droits de l’homme – Israël

Hotline pour les réfugiés et les migrants

Amnesty International Israël

Kav La’Oved – Hotline des travailleurs

HIAS Israël

La suite dans le prochain numéro d’Israël Magazine  pour s’abonner au magazine 054 254 45 20 France  0177507726.

Andredarmon77@gmail.com

Découvrez le magazine gratuitement et cliquez sur le rebord droit du mag

https://fr.calameo.com/read/0010965001feb059d1586?authid=wl2BnKg1JDc5

http://israelmagazine.co.il/sabonner-a-israel-magazine/

more recommended stories

Israelmagazine tous droits réservés Powered by Awebdesign4u.com
Réinitialiser le mot de passe
Veuillez entrer votre email. Vous allez recevoir votre nouveau mot de passe par email.