Moshé Katsav : pas de levée de contraintes pour l’ex-président en liberté conditionnelle

Moshé Katsav purgeait depuis 2011 une peine de sept ans de prison pour viols et harcèlement sexuel et sa liberté conditionnelle est soumise à un certain nombre de contraintes: il ne peut pas se rendre à l’étranger, il doit rester à domicile de 22H00 à 06H00 et ne pas accorder d’interview pendant deux ans, soit la période qu’il aurait dû encore passer en prison. Il avait appelé le président Reouven Rivline à lever ces obligations après le refus d’une commission de suivi des libertés conditionnelles de le faire. Il s’est vu refuser sa demande de levée d’obligations liées à sa liberté conditionnelle, a affirmé dimanche le bureau de l’actuel président. « Prenant en compte la nature de ses crimes, il n’y a pas de raison d’accepter sa demande », a indiqué le bureau de M. Rivline dans un communiqué. Moshé Katsav, président d’Israël de 2000 à 2007, a été reconnu coupable fin 2010 de viols à l’encontre de deux de ses collaboratrices à l’époque où il était ministre du Tourisme dans les années 1990, de harcèlement sexuel, de subornation de témoins et d’entraves à la justice. Poussé à la démission en juillet 2007 par ce scandale, il a été incarcéré le 7 décembre 2011 dans la prison de Maasiyahou à Ramleh, près de Tel-Aviv.

 

Publicité

 

 

 

 

more recommended stories

Réinitialiser le mot de passe
Veuillez entrer votre email. Vous allez recevoir votre nouveau mot de passe par email.