Attaque iranienne. L’Otan aidera-t-elle Israël

un accord faible et hypocrite

L’Otan viendra-t-elle en aide à Israël en cas d’attaque iranienne?

un accord faible et hypocrite L’Otan

L’État hébreu n’étant pas membre de l’Otan, l’Alliance ne peut pas garantir pleinement sa sécurité en cas d’agression iranienne, a déclaré le secrétaire général de l’organisation. Le secrétaire général de l’Otan, Jens Stoltenberg, a déclaré que l’Alliance atlantique ne pourrait pas aider l’État hébreu en cas d’attaque de la part de l’Iran, écrit  Der Spiegel. «Israël est notre partenaire, mais il n’est pas membre de l’Otan. En vertu de l’Article 5 [sur la solidarité entre ses membres en cas d’agression, ndlr], les garanties de sécurité ne couvrent pas Israël. L’Otan n’a pas participé et ne participe pas au processus de paix proche-oriental, ni à la confrontation dans cette région. Ce n’est pas notre tâche», a-t-il expliqué.

Rappelons que le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahou a accusé avec preuves début mai l’Iran de déployer des «armes très dangereuses» en Syrie dans le cadre d’une campagne visant à menacer Israël. Au lendemain de cette déclaration, l’armée israélienne a annoncé avoir frappé des «dizaines de cibles militaires iraniennes» en Syrie. Dans un communiqué, les militaires ont affirmé que l’attaque était une riposte aux «roquettes iraniennes» tirées sur la partie du Golan occupée par Israël. La Syrie hypocritement insiste sur le fait que seuls des conseillers militaires iraniens sont présents sur son sol.

Israël se réserve le droit d’attaquer les forces iraniennes en Syrie

“Leo Messi et Christiano Ronaldo avec Israël

Benjamin Netanyahou aurait déclaré à Vladimir Poutine et à Mike Pompeo que son pays se réservait le droit d’attaquer les forces iraniennes en Syrie. Pourtant, comme le précise Damas, la présence iranienne en Syrie est bien exagérée et se réduit aux conseillers militaires. L’État hébreu se réserve le droit de mener une offensive militaire d’envergure contre la «présence iranienne» en Syrie, a déclaré cette semaine le Premier ministre israélien, Benjamin Netanyahou, lors d’entretiens téléphoniques avec le Président Vladimir Poutine et le secrétaire d’État Mike Pompeo, relate la Dixième chaîne de la télévision israélienne, se référant à un fonctionnaire ayant requis l’anonymat. Benjamin Netanyahou a souligné qu’Israël exigeait leur retrait non seulement du sud-ouest du pays voisin, mais de l’ensemble de son territoire. Plus tôt, les médias israéliens avaient signalé que l’État hébreu se serait entendu avec la Russie sur le déploiement de troupes gouvernementales syriennes sur la ligne de démarcation en échange de la promesse de contribuer au retrait des formations paramilitaires iraniennes du secteur.
Le secteur près de la ligne de démarcation syro-israélienne fait partie de la zone de désescalade mise en place en 2017 à la suite d’une entente entre la Russie, la Jordanie et les États-Unis. Benjamin Netanyahou a souligné qu’Israël exigeait leur retrait non seulement du sud-ouest du pays voisin, mais de l’ensemble de son territoire.

La suite dans le prochain numéro d’Israël Magazine  pour s’abonner au magazine 054 254 45 20 France  0177507726.

Andredarmon78@gmail.com

Découvrez le magazine gratuitement et cliquez sur le rebord droit du mag

https://fr.calameo.com/read/0010965001feb059d1586?authid=wl2BnKg1JDc5

http://israelmagazine.co.il/sabonner-a-israel-magazine/

 

 

more recommended stories

Israelmagazine tous droits réservés Powered by Awebdesign4u.com
Réinitialiser le mot de passe
Veuillez entrer votre email. Vous allez recevoir votre nouveau mot de passe par email.