“La poésie de la terre ne meurt jamais. ”

John Keats

J’ai été extrêmement amuandre-darmonsé par les cris d’orfraie qu’ont poussés nos compatriotes israéliens mais aussi francophones quant à la décision de Barak Obama de s’abstenir lors du vote de l’ONU contre les Implantations. Je l’ai dit très vite sur ce qui devient un média, malgré lui, bien qu’il y défile le plus grand concentré d’idioties à la seconde,  j’ai nommé Facebook. Par ailleurs il devient presque inutile aujourd’hui de se revendiquer journaliste car tous les internautes grâce à une formation pour le moins accélérée le sont miraculeusement devenus. Peut importe d’ailleurs l’orthographe, la syntaxe, la vérité historique, l’analyse, la connaissance rapprochée des hommes, des femmes, et du tissu politique. N’est-ce pas feu Umberto Ecco qui disait que les anciens piliers de zinc de café avaient trouvé avec Facebook leur reconversion. Revenons toutefois à nos moutons.

Oui, amusé et choqué que l’on soit choqué. Comment est-il possible d’être surpris et à plus forte raison choqué de l’attitude des Nations et des Etats Unis à l’ONU alors que quelques jours avant les députés israéliens à la Knesset voté pour une loi qui légalisait (à juste raison) les Implantations.  Suite dans le numéro qui sort d’ Israel Magazine demain

more recommended stories

Israelmagazine tous droits réservés Powered by Awebdesign4u.com
Réinitialiser le mot de passe
Veuillez entrer votre email. Vous allez recevoir votre nouveau mot de passe par email.